Avec le renoncement d'Hachette, aux Etats-Unis puis en France où ils étaient programmés chez Stock, à publier les Mémoires de Woody Allen, un nouveau cap a été franchi dans l'extension continue du domaine de la censure populaire depuis le début de ce siècle. Comme l'a souligné sa porte-parole, Sophie Cottrell, Hachette Book Group a conclu que « maintenir la publication n'était pas faisable ». Sans doute a-t-il craint, après la manifestation de 70 employés de son siège de New York, que l'édition du titre ne déplaise également à certains auteurs. Aux Etats-Unis, et aussi en France comme l'ont montré les controverses sur Tous à poil !, On a chopé la puberté, le Dictionnaire fou du corps ou Petit Paul, de multiples groupes de pression, relayés dans les médias, mènent campagne sur les réseaux sociaux, mais jamais devant les tribunaux, pour faire retirer de la vente et éliminer des bibliothèques le moindre titre qu'ils jugent moralement ou spirituellement offensant.

Faut-il rappeler que Vanessa Springora, tout en dénonçant dans Le consentement la pédophilie de Gabriel Matzneff dont elle a été victime, s'est bien gardée de demander l'interdiction de ses livres ? Quand les éditeurs américains se dotent de « sensitivity readers » pour anticiper les critiques en autocensurant leurs manuscrits, quand la présomption d'innocence est régulièrement bafouée, le P-DG de Stock, Manuel Carcassonne, peut dénoncer « une police de la pensée qui exclut toute forme d'expression autre que la sienne », et plus de cent avocates pénalistes peuvent s'insurger, en réagissant le 10 mars dans Le Monde à l'affaire Polanski, contre « le triomphe du tribunal de l'opinion publique ». Le renoncement d'Hachette à publier les Mémoires de Woody Allen ne constitue malheureusement pas une victoire du féminisme, mais bien une nouvelle défaite de la liberté de publication, désormais sans cesse remise en question au nom de causes recommandables... ou non.


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités