Évolution

Depuis son rachat par Editis et son intégration à Edi8 en septembre 2013, l’éditeur de livres illustrés Tana a entamé sa mue, abandonnant peu à peu les ouvrages de cuisine et de loisirs créatifs à petit prix qui faisaient le cœur de son catalogue depuis 2003. Tout en restant fidèle à sa réputation de dénicheur, la maison emmenée par Marie Baumann a amorcé une montée en gamme "aussi bien au niveau des sujets que de la fabrication, dans une logique de beaux objets", explique la directrice éditoriale. Celle-ci a notamment choisi de se positionner sur le segment des cultures urbaines, avec succès. Selon la maison, Street art (cartonné, 29,95 euros), paru en octobre, a atteint les 13 000 ventes, et The tattoorialist, mettant en valeur des tatoués anonymes des quatre coins de la France, a bénéficié d’un accueil favorable. "Les sujets traités ne sont pas forcément nouveaux, mais notre regard l’est", estime Marie Baumann. La ligne des "contre-manuels" accueille deux nouveautés le 14 avril, l’un dédié aux plus gros "fails" de la mode, l’autre centré sur les ratés de nos hommes politiques. Les titres hors-collection soignés en sport, en philosophie ou en cuisine participent aussi au renouveau de la maison.

A l’occasion de l’Euro de football 2016, Goal celebrations, prévu le 4 mai, mettra en lumière les célébrations de buts les plus délirantes, tandis qu’En boucle, bel ouvrage de photographies du Tour de France, intégrant notamment des interviews, un abécédaire et une nouvelle inédite, paraîtra le 2 juin. Avec un chiffre d’affaires en hausse de 59 % l’an dernier, Tana compte bien poursuivre son évolution en 2016, et sans doute étoffer à terme son équipe éditoriale.

Marine Durand

01.04 2016

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités