Tim Willocks remporte le prix Le Point du polar européen 2019 | Livres Hebdo

Par Claude Combet, le 28.03.2019 à 16h23 (mis à jour le 28.03.2019 à 17h00) Quais du polar

Tim Willocks remporte le prix Le Point du polar européen 2019

Tim Willocks - Photo SYROS

Le 17e prix, créé par l’hebdomadaire, sera remis au Britannique vendredi 29 mars à Lyon, en ouverture du 15e Festival Quais du polar, pour La mort selon Turner (Sonatine).
 

La mort selon Turner, de Tim Willocks, traduit de l’anglais par Benjamin Legrand et publié en octobre 2018 chez Sonatine, remporte le prix Le Point du polar européen 2019. Depuis 2003, le prix décerné par l’hebdomadaire récompense le meilleur roman policier, thriller ou roman noir, écrit par un auteur européen et paru entre le 1er avril 2018 et le 31 mars 2019. Il lui sera remis vendredi 29 mars au 15e Festival Quais du polar de Lyon (29-31 mars).

"Véritable opéra noir, puissant et hypnotique" selon son éditeur, La mort selon Turner a pour thème l’assassinat d’une jeune noire sans logis par un jeune et riche Afrikaner qui ne lui porte pas secours et que sa mère, Margot Le Roux, va couvrir à tout prix. Tim Willocks met en scène un pays où la corruption règne à tous les étages et où la mort d’une noire n’intéresse personne sauf… Turner, flic noir des Homicides, bien décidé à faire régner la justice. "On retrouve dans ce tableau au couteau de l’Afrique du Sud le souffle et l’ampleur du romancier, allié à une exceptionnelle force d’empathie", souligne encore l'éditeur.

Né en 1957 en Angleterre, le Britannique Tim Willocks est chirurgien, psychiatre, grand maître d’arts martiaux, producteur et écrivain. Il a conquis le public avec son livre culte, La religion, en 2009, et sa suite, Les douze enfants de Paris, parue en 2014, tous deux chez Sonatine.   

La mort selon Turner est arrivé devant Derniers mètres jusqu’au cimetière, d’Antti Tuomainen, traduit du finnois par Alexandre André (Fleuve éditions), Piranhas, de Roberto Saviano, traduit de l’italien par Vincent Raynaud (Gallimard), Haine pour haine, d’Eva Dolan, traduit par Lisa Garond (Liana Levi), 3 secondes, de Roslund et Hellström, traduit du suédois par Philippe Bouquet et Catherine Renaud (Mazarine), Texto, de Dmitry Glukhovsky, traduit du russe par Denis E. Savine (L’Atalante) et Son autre mort, d’Elsa Marpeau (Gallimard, "Série noire").

Tim Willocks succède à la Suédoise Malin Persson Giolito, lauréate 2018 avec Rien de plus grand (Presses de la Cité) et à Hannelore Cayre, lauréate 2017 avec La daronne (Anne-Marie Métailié).
close

S’abonner à #La Lettre