Un dernier tour de salon pour François Hollande | Livres Hebdo

Par Isabel Contreras, le 23.03.2017 à 22h29 (mis à jour le 24.03.2017 à 11h28) Livre Paris 2017

Un dernier tour de salon pour François Hollande

Le Président de la République François Hollande, sur le stand Belin avec Vincent Montagne, président du SNE, et Sylvie Marcé, P-DG des Editions Belin - Photo OLIVIER DION

Le président de la République a inauguré pour la dernière fois de son quinquennat Livre Paris, sans la présence de la ministre de la Culture et de la Communication, pendant plus de deux heures.

Pour la dernière fois de son quinquennat François Hollande a inauguré, jeudi 23 mars, Livre Paris. En milieu d’après-midi, le président de la République donne le ton sur le stand des éditions Dupuis, le premier de son parcours d’inauguration. "C’est bien, par les temps qui courent !" s’exclame-t-il lorsque Julien Papelier, le directeur général de la maison, lui offre le premier volume d’Imbattable de Pascal Jousselin. Blague sur blague, maîtrisant son sens de la répartie, il a parcouru pendant plus de deux heures les allées du parc des expositions de la porte de Versailles. A ses côtés, le président du Syndicat national de l'édition, Vincent Montagne, et le directeur du salon, Sébastien Fresneau. La ministre de la Culture et de la Communication, Audrey Azoulay, candidate à la direction générale de l'UNESCO, n’était elle, pas présente, partie à New York pour défendre un projet de résolution sur le patrimoine culturel auprès de l’ONU.
 
Comme l’année dernière, François Hollande s’est longuement arrêté devant le stand de Belin où la présidente de la maison Sylvie Marcé lui a présenté le groupe Humensis, filiale de Scor, née en octobre dernier de la fusion de Belin et PUF. Il a salué les nouvelles couvertures de la collection "Que sais-je" et joué sur les mots devant quelques titres, dont une revue, Cerveau et Psycho, qui titrait : "Leaders politiques, des scores de psychopatie alarmants". "J’espère que je ne suis pas cité !", a-t-il lancé.

Après avoir salué de nombreux éditeurs français et étrangers, il s’est dirigé vers la scène du CNL (Centre national du Livre) où le président Vincent Monadé a énuméré quelques unes des interventions qui auront lieu durant cette 37e édition du salon Livre Paris. Vincent Montagne en a profité pour lui faire remarquer l’absence de la région PACA, qui pour la première fois n’est pas représentée.
 
François Hollande sur le stand de Gallimard, avec Antoine Gallimard, P-DG du groupe Madrigall - Photo OLIVIER DION
Bien que cette visite ait eu lieu avant l'ouverture des portes du salon, les principaux dirigeants des maisons d'édition étaient présents pour accueillir le président. Il a ainsi échangé quelques mots avec Antoine Gallimard, P-DG de Madrigall, Arnaud Nourry, P-DG d'Hachette Livre, Alain Kouck, président d'Editis, Olivier Bétourné, P-DG du Seuil, Olivier Nora, P-DG de Grasset, Jean-Paul Capitani, directeur du développement du groupe Actes Sud mais aussi Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France.   
 
Le Maroc à l’honneur
 
François Hollande a consacré la deuxième partie de sa visite aux éditeurs africains et notamment marocains qui sont mis à l’honneur cette année. Accueilli par la princesse et sœur du roi Mohammed VI, Lalla Meryem et par Jack Lang, président de l’Institut du monde arabe, le président de la République a insisté sur l’importance des liens entre la France et le Maroc, une tasse de thé à la menthe dans la main. Il s’est enfin prêté aux nombreuses sollicitations des exposants africains : "je n’ai jamais eu l’occasion de vous dire bonjour, alors je viens vous dire au revoir", lui a glissé une éditrice avant que François Hollande ne reparte aux alentours de 17h30.
close

S’abonner à #La Lettre