prix littéraire

Un prix littéraire dédié aux harkis créé par une agence de l'État

Deux harkis lors d'une célébration au camp de Rivesaltes, le 19 mars 2019 - Photo Raymond Roig / AFP

Un prix littéraire dédié aux harkis créé par une agence de l'État

Présidé par Jean-Marie Rouart de l’Académie française et l’ancien ministre Jean-Marie Bockel, le prix du général François Meyer récompensera un ouvrage qui « fait réfléchir sur la question des harkis ».

J’achète l’article 1.5 €

Par Éric Dupuy,
Créé le 28.06.2023 à 10h27 ,
Mis à jour le 29.06.2023 à 15h43

La Commission nationale indépendante de reconnaissance et de réparation des préjudices subis par les harkis (CNIH) crée le prix du général François Meyer. L’annonce du premier lauréat est attendue avant le 21 septembre prochain, date de la journée nationale d’hommage aux harkis et autres membres des formations supplétives de l’armée française en Algérie, a appris Livres Hebdo.  

Dotation de 10 000 euros

Ce prix, doté de 10 000 euros par deux associations d’anciens combattants (l’Union des blessés de la face et de la tête et la Fédération nationale André-Maginot), récompensera un ouvrage et une « création intellectuelle ou artistique » qui valorisent l’histoire des harkis, ces Algériens musulmans qui ont combattu auprès des forces françaises lors de la guerre d’Algérie (1954-1962).

À l’initiative de l’État

Le jury de ce prix littéraire et artistique à la thématique particulièrement sensible politiquement est présidé par l’Académicien Jean-Marie Rouart. Contacté par Livres Hebdo, l’écrivain s’est dit « honoré et effrayé de conduire ce prix original », à l’initiative de l’État, dont la première réunion des jurés (voir ci-après) a permis début juin d’établir l’objectif d’élargir la question des harkis. « On ne peut comprendre les harkis qu’en s’élevant au-dessus de la question d’identité nationale », argumente l’immortel, souhaitant orienter le débat sur l’aspect philosophique avec des questions sur le patriotisme par exemple.

Dans un communiqué, la CNIH évoque « des œuvres qui traitent de l’histoire des harkis rares et peu connues du grand public ». Ce prix vise à mettre en valeur leur parole et leur histoire, dans le volet mémoriel de sa mission. En septembre 2021, Emmanuel Macron avait demandé « pardon aux harkis au nom de la France », ouvrant la voie à la création d’un organisme en charge de la reconnaissance et des réparations des préjudices subis par ces soldats et leur descendance. Le 23 février 2022, le décret d’application de la loi votée par le parlement a créé la CNIH, dont la présidence est assurée par l’ancien ministre et ancien maire de Mulhouse Jean-Marie Bockel.

Toute question concernant le prix peut être posée à l’adresse mail suivante : commissionnationaleharkis@pm.gouv.fr

Jury du prix Général François Meyer

Les dernières
actualités