Par Livres Hebdo, le 23.06.2017 à 09h47 (mis à jour le 04.07.2017 à 12h14) Cyclo-Biblio 2017

Joson de Foras: "Il faut avoir la foi, mon mignon…"

Du 18 au 24 juin 2017, 70 professionnels bibliothécaires pédaleront sur les routes au départ de Genève pour une boucle de 300 km autour du Lac Léman. Cinquième étape avec Joson De Foras, chargé de communication et des affaires culturelles au Centre de Ressources des Langues à l'Université de Toulouse.

Verbatim abrégé, bien loin d’être exhaustif, et un rien subjectif de Cyclo-biblio 2017. Les citations sont rigoureusement exactes. Ne pas hésiter à les lire à voix haute en prenant selon les circonstances l’accent genevois, vaudois ou valaisan, mais aussi parisien, belge ou du midi…
 
On a beau être ouvert d’esprit, on peut tout de même se demander à quoi ça rime de pédaler sur 300 kilomètres pendant une semaine avec 69 autres bibliothécaires. Et quand on est un tant soit peu intrigué, une seule chose à faire : participer...

… à la vie de groupe

Parfois dans une ambiance Loft Academy :
« Qui c’est qu’a pas changé de T-shirt ce matin, ça pue… »
« Comment tu fais pour pas avoir les marques du cuissard, moi dans deux semaines je suis à la plage… »

Quand on gare les vélos, on les attache, souvent deux par deux :
« Mais où étais-tu, je suis attachée à toi ?»
« Merci, tu m’as libéré… »
 
Des codes couleur :

« Il faut un gilet orange par groupe, comptez-vous pour être par dix gilets jaunes »

Procédure parfois un rien surréaliste :
« S’il vous plaît, on lève le bras pour freiner »
 
Dans le peloton on utilise selon les circonstances un langage particulier à base de gestes plus ou moins expressifs et de mots clés répétés sur tous les tons le long de la file :
« Poteau ! POTEAU ! poteau… »
« Car baaaack »
« Trotinette up »
« Piéton… » au risque parfois de surprendre le promeneur qui ne s’attendait pas à être ainsi interpellé.
  Mais pas n’importe quel groupe : un groupe de bibliothécaires…
 
« Au bord du lac toute à l’heure on a rencontré un groupe d’ados non fréquentant assez enrichissant »

En pleine montée d’un raidillon à la sortie de Montreux par 34° à l’ombre :
« Moi j’adore le catalogage »
 
Sur la piste cyclable, le long du Léman, au pied de montagnes éternelles :
« Moi, à la BU, j’aimerais quand même bien réussir à faire évoluer le PEB. »
 
On sait parfois prendre de la hauteur :
« C’est mon métier, au sens où je sais ce qu’il faut faire… »
 
Avec des jeux de mots de bibliothécaires :
« - Il me semble que dans le groupe on est une majorité à être en BM.
- Ben moi je vois surtout des Ferrari… »
 
… En visite dans des bibliothèques
 
Les élus venus accueillir les cyclistes en gilets jaunes ont tendance à filer, avec plus ou moins de bonheur, la métaphore cyclo-bibliothécaire :
« La cause des bibliothèques vaut la peine de mouiller le maillot. »
« Je me demande s’il n’y a pas un lien entre tourner la page et le tour de pédale »
 
… Et à la rencontre du public : l’Advocacy
 
Une de nos missions est de sensibiliser le public, là où il se trouve, à la cause des bibliothèques. A chacun sa technique d’approche pour distribuer, avant d’engager la conversation, badges, autocollants, stylos, marque-page voire livres ou CD.

« Allez-y deux par deux, avec le gilet jaune on ne vous prendra pas pour des témoins de Jéovah. »
« Bonjour, vous avez déjà rencontré un vrai bibliothécaire ? »

A l’approche d’un passant qui n’avait pas encore reçu ses goodies :
« Je suis sûr que vous vous demandez mais pourquoi pas moi ? »

En recevant un livre en cadeau
« Laurent Gaudé, trop bien, je l’ai déjà lu… »
 
Avec enthousiasme et sourire :
« Je peux vous offrir un pin’s pour compléter votre collection ? »
Récompensé par un aimable mais définitif :
« Non merci, c’est inutile. »
 
A un feu rouge voyant passer la file de gilets jaunes, un chevelu sur son vélo couché :
« Ah vous aussi vous êtes d’accord avec moi : le vélo ça rend heureux… »
 
Un piéton qui essaye de traverser la rue s’énerve au téléphone :
« Je te dis que je ne peux pas passer, c’est gavé de cyclistes. »
 
Un cycliste goguenard :
«- Vous êtes des touristes ou bien c’est pour le vélo-école ? 
- Pas tout à fait : nous sommes septante bibliothécaires à vélo, en gilets jaunes et autour du lac Léman.
- Pédaler et lire en même temps, je sais pas comment vous faites, moi je pourrais pas… »
 
Pas de doute, le groupe c’est bien plus que la somme des individus, voire des personnalités qui le composent...

Note. "Il faut avoir la foi, mon mignon…" : citation par J. H. d’une réplique de Donald Sutherland dans De l’or pour les braves (en version française) réalisé par Brian G. Hutton en 1970.
close

S’abonner à #La Lettre