Avant-critique Essai

Ali Laïdi, "Histoire mondiale du protectionnisme" (Passés/Composés) : Touche pas à mon marché !

Ali Laïdi, "Histoire mondiale du protectionnisme" (Passés/Composés) : Touche pas à mon marché !

Passé composé

Ali Laïdi, "Histoire mondiale du protectionnisme" (Passés/Composés) : Touche pas à mon marché !

Ali Laïdi montre qu'en tout temps les États ont voulu limiter l'accès à leur marché afin de se protéger de la concurrence étrangère.

J’achète l’article 1.5 €

Par Sean Rose,
Créé le 13.09.2022 à 14h00

En économie nous sommes le « Monsieur Jourdain » qui parle en prose sans le savoir. L'économie - mot d'origine grecque composé d'oikos, « la maison, le domaine » et de nomos, « l'art de gérer » - étudie l'espace commun d'une société ou d'une nation et le système par quoi la production et les échanges de biens s'effectuent au sein de ce groupement. L'économie a existé bien avant les économistes. Ainsi de phénomènes apparus avant la lettre, tels la mondialisation et le protectionnisme. Chargés idéologiquement, ces termes recouvrent des réalités que leurs champions ou adversaires opposent souvent de manière caricaturale. D'un côté un laisser-faire à l'échelle planétaire, synonyme de capitalisme sauvage faisant fi de toutes règles pour phagocyter les marchés aux quatre coins du globe ; de l'autre une économie nationale close sur elle-même, vivant en autarcie dans une forteresse mentale, entre paranoïa et vision identitaire... D'aucuns diront que la mondialisation est heureuse, qu'elle a permis, en levant les barrières tarifaires, à de nombreux pays du tiers-monde d'émerger et aux pays importateurs de consommer moins cher. D'autres, au contraire, n'y verront que concurrence déloyale, de grandes misères sociales générées par les délocalisations.

Tout le XIXe siècle, où les Occidentaux dominaient le monde, a été une lutte acharnée de leur part pour la pénétration des marchés étrangers. En Asie, notamment, avec les « traités inégaux » imposés à la Chine, l'ouverture forcée du Japon au commerce international. Au XXe siècle, le New Deal aux États-Unis et le consensus sur le Vieux Continent autour de l'État-providence ont pu modérer un temps les ardeurs dérégulatrices des chantres du libéralisme, mais la chute du mur de Berlin sonnant le glas du communisme allait apporter de l'eau au moulin des politiques mises en place par Margaret Thatcher ou Ronald Reagan. Pas d'alternative ! clamait la Dame de fer, cette logique néolibérale s'inscrivait dans la marche de l'Histoire... Et puis s'est abattue la pandémie du Covid, qui « rebat les cartes ». Pointent aujourd'hui les pires incertitudes liées à la guerre en Ukraine - crise énergétique, crise alimentaire... Faut-il faire produire si loin ? Est-il normal d'être à ce point dépendant de fournisseurs étrangers, etc. L'intervention de l'État n'est plus un gros mot. Ali Laïdi dans son Histoire mondiale du protectionnisme n'entend pas assener de jugements : il retrace les faits à travers les époques et les civilisations. Des Romains se protégeant des marchands phéniciens à l'empire du Milieu prohibant l'exportation de certaines denrées en passant par la France de Louis XIV sous la houlette administrative de Colbert, il dessine une véritable cartographie du protectionnisme et dresse, selon les formes de gouvernement, une typologie précise. Qui dit État dit monopole, et partant protectionnisme, rappelle l'auteur de cette magistrale somme, à l'instar du maître de philosophie au bourgeois gentilhomme... Des siècles qu'on fait du protectionnisme sans qu'on en sût rien ? ! Et nous voilà les plus obligés du monde à Ali Laïdi de nous avoir appris cela.

Ali Laïdi
Histoire mondiale du protectionnisme
Passés composés
Tirage: 2 800 ex.
Prix: 24 € ; 448 p.
ISBN: 9782379337222

Les dernières
actualités