Essai/France 20 août Emmanuel Venet

« La psychiatrie publique de notre pays craque de toutes parts. » Les premiers mots du manifeste d'Emmanuel Venet sont alarmants. Mais on ne voit pas pourquoi ce secteur public échapperait à la crise, antérieure à ce que la pandémie a mis en évidence. Pour ce psychiatre à l'hôpital du Vinatier, près de Lyon, il est urgent de reconsidérer le rapport au patient hors du conflit entre le biologique et le psychologique. Pour lui « le soin psychique n'est pas évaluable ».

Auteur d'un essai sur Gaston Ferdière, le psychiatre d'Antonin Artaud (Verdier, 2006), Emmanuel Venet prône un retour à la psychiatre engagée, lente relationnelle, une psychiatrie artisanale, au plus près de l'individu qui s'oppose à la psychiatrie « industrielle, quantitative, protocolisée, standardisée, numérisable, objectivante, désincarnée, ultrarapide et inégalitaire ». On pourrait penser que ce « regard critique d'un praticien de terrain inquiet » s'adresse d'abord aux soignants et aux pouvoirs publics. En réalité, par sa justesse de ton, son approche humaniste et son implication sur nos vies quotidiennes il s'adresse à chacun de nous, surtout quand on sait qu'une personne sur trois a été, est, ou sera dans sa vie atteint d'un trouble mental.

Emmanuel Venet
Manifeste pour une psychiatrie artisanale
Verdier
Tirage: 5 000 ex.
Prix: 7 euros ; 96 p.
ISBN: 9782378560621

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités