Amazon fait pression sur les éditeurs britanniques | Livres Hebdo

Par Souen Léger, avec The Bookseller, le 25.06.2014 à 18h49 (mis à jour le 25.06.2014 à 19h00) - 2 commentaires Royaume-Uni

Amazon fait pression sur les éditeurs britanniques

Photo © DR

Le cybermarchand tente d'imposer de nouvelles clauses contractuelles aux éditeurs britanniques, parmi lesquelles la possibilité pour Amazon de fournir aux clients des exemplaires qu'il imprimerait lui-même à la demande lorsque les livres sont en rupture de stock.

Les éditeurs britanniques s’inquiètent des nouvelles clauses contractuelles qu’Amazon souhaite mettre en place alors même que le conflit avec Hachette Book Group se poursuit aux États-Unis, rapporte The Bookseller.
 
Le géant de la vente en ligne souhaite non seulement obtenir de meilleurs rabais sur les contrats de vente en gros, mais aussi introduire un certain nombre de nouvelles clauses. Celle qui alarme le plus les éditeurs britanniques concerne la rupture de stock. En effet, dans le cas où l’éditeur n’est pas en mesure de fournir un livre, Amazon serait en droit de livrer aux clients ses propres exemplaires par le biais de son service d’impression à la demande.

Un rabais plus important sur les ebooks

Le cybermarchand souhaiterait par ailleurs introduire de nouvelles dispositions sur les ventes de livres numériques tel qu’un rabais plus important, aligné sur celui des livres papier. Amazon se prépare en réalité à un changement de taille : début 2015, le détaillant devra appliquer la TVA britannique sur les livres numériques, soit 20 %, alors qu’il appliquait jusque là une TVA à 3 % conformément à ce que prévoit le Luxembourg, pays où la firme américaine a installé son siège européen pour des raisons fiscales. Il n'est pas étonnant, dans ces conditions, qu’Amazon cherche à augmenter ses marges.
 
Les nouveaux contrats prévoient aussi une clause de type "Nation la plus favorisée" (NPF), signifiant que les livres ne peuvent être vendus à un prix inférieur à celui d’Amazon, même sur le site de l'éditeur, sous peine de voir leur tarif également réduit sur le site du géant de la vente en ligne.
 
Ce que craignent finalement les éditeurs britanniques, c'est l’emprise croissante d’Amazon sur la chaîne du livre. A titre d’exemple, Hachette UK a dévoilé qu’Amazon assure près de 80 % de ses ventes de livres numériques au Royaume-Uni.

Sur les mêmes thèmes (1 article)

Cet article fait partie du dossier:

Commentaire récent

“ Amazon est ainsi pied et point lié aux ventes de Hachette et réciproquement: une baisse des ventes de Hachette=une baisse du chiffre d'affaire d'Amazon. Question sous-jacente de taille:... ” Jean il y a 5 ans à 13 h 21
close

S’abonner à #La Lettre