Turquie

Asli Erdogan en liberté provisoire jusqu’au 22 juin

Asli Erdogan - Photo UWOLNIĆ ASLI ERDOĞAN FACEBOOK

Asli Erdogan en liberté provisoire jusqu’au 22 juin

Au terme de la troisième audience du procès d'Asli Erdogan, au cours de laquelle de nouvelles pièces ont été versées au dossier, le juge a fixé une quatrième audience pour le 22 juin. 

J’achète l’article 1.50 €

Par Cécilia Lacour,
Créé le 14.03.2017 à 16h25,
Mis à jour le 14.03.2017 à 17h00

Une nouvelle audience du procès d’Asli Erdogan s’est tenue, ce mardi 14 mars, dans la 23e chambre du tribunal d’Istanbul. L'auteure turque reste en liberté provisoire jusqu'au 22 juin, date à laquelle se tiendra une nouvelle audience. Elle n'a toujours pas le droit de quitter le territoire turc. 

Lors de cette audience, l’avocat d’Asli Erdogan, Me Dogan, a versé de nouvelles pièces au dossier, citant un rapport de l’ONU et des photos satellites visant à confirmer la véracité des propos tenus par l’écrivaine dans ses chroniques, selon le récit de Tieri Briet, auteur français soutien de l'intellectuelle turque et membre de l'équipe du web-magazine Kedistan présent sur place. Dans son compte rendu, relayé par la page Facebook du collectif Free Asli Erdogan, il raconte que l'avocat a assuré que ces documents prouvaient les déclarations de l'écrivaine, qui n'étaient donc "pas de la propagande, mais seulement la vérité". Il a qualifié les documents de "diplomatiques, [et] donc recevables". Ceux-ci ont été versés au dossier, malgré un juge qui a "rechigné" à les accepter, relate Tieri Briet.  




L’écrivaine turque a été arrêtée le 17 août pour "propagande" et "appartenance à une organisation terroriste", à cause de ses chroniques dans le journal pro-kurde Özgür Gündem, publiée dans le recueil Le silence même n’est plus à toi (Actes Sud, janvier 2016). Sortie de prison le 29 décembre, au terme de la première audience du procès, elle est depuis en liberté provisoire avec interdiction de quitter le territoire turc. 
 

Un appel pour faire face à la situation en Turquie

Un collectif de journalistes, d’hommes politiques, d’artistes et de citoyens a signé, ce mardi 14 mars dans la rubrique "Idées" du Monde, une tribune pour appeler l'Europe à prendre ses responsabilités "face aux violations de l'Etat démocratique en Turquie". 

La tribune, tirée d'une pétition postée sur change.org, s'ouvre sur une lettre d'Asli Erdogan, datée du 1er novembre, dans laquelle elle écrivait, depuis sa prison: "L’Europe est actuellement barricadée derrière la "crise des réfugiés" et ne semble pas se rendre compte des dangers de la disparition de la démocratie en Turquie. Actuellement, nous, —auteur(e) s, journalistes, Kurdes, Alévi(e) s, et bien sûr les femmes— payons le prix lourd de la "crise de démocratie".
L’Europe doit prendre ses responsabilités, en revenant vers les valeurs qu’elle avait définies, après des siècles de sang versé, et qui font que "l’Europe est l’Europe": la démocratie, les droits humains, la liberté d’opinion et d’expression."





Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités