Librairie

"Au temps des livres" reverse les recettes du livre d'Eric Zemmour à une association d'aide aux réfugiés

Twitter - @Noelherve5

"Au temps des livres" reverse les recettes du livre d'Eric Zemmour à une association d'aide aux réfugiés

Dans le Loiret, la librairie "Au temps des livres" située à Sully-sur-Loire a décidé reverser les profits des ventes de La France n’a pas dit son dernier mot d'Éric Zemmour, à une association qui aide des jeunes réfugiés.

J’achète l’article 1.5 €

Par Thomas Faidherbe,
Créé le 10.10.2021 à 18h45

Dans le Loiret, une libraire fait un pied de nez au polémiste Eric Zemmour. Aurélie Bouhours, gérante et libraire chez Au temps des livressituée à Sully-sur-Loire, a décidé de lutter contre les idées de l'auteur, journaliste et candidat putatif à l'élection présidentielle, en reversant les bénéfices de son dernier livre La France n’a pas dit son dernier mot (Rubempré) à l’association La Maison d’Adam.

Initialement réticente à commercialiser l'ouvrage d'Eric Zemmour, la libraire, qui ne partage pas ses idées, s'est finalement résolue à le mettre en rayon, mais avec un mot d'explication. “Je défends la liberté d’opinion et de penser de chacun, alors je ne veux pas juger les gens qui lisent le livre de Monsieur Zemmour. D’ailleurs, je crois que le meilleur moyen d’avancer c’est le dialogue, et non la stigmatisation.” explique Aurélie Bouhours, au média Le HuffPost. 

Photo FACEBOOK - AU TEMPS DES LIVRES


Après une discussion avec sa fille, la libraire a décidé de reverser l’intégralité des bénéfices des ventes de l’ouvrage à l’association La Maison d’Adam, installée dans la région Centre-Val de Loire. En 2016, elle est venue en aide à une dizaine de migrants, originaires du Soudan. Les premiers dons, qui seront remis à l'association à la fin du mois, serviront à financer la prise en charge des frais d’hébergement, de nourriture, d’habillement et de scolarité.

Depuis la publication de la pancarte sur les réseaux sociaux, l'ensemble des exemplaires ont été vendus. "Il y a des gens qui, sans acheter le livre, font des dons à l’association, se réjouit-elle. Ça me fait vraiment plaisir car il faut mettre l’accent sur des associations qui se démènent et avertir sur le sort des réfugiés." a déclaré la libraire au journal l'Indépendant

Une opération controversée

L'initiative d'au temps des livres a suscité de nombreuses réactions. La libraire a reçu de nombreux messages de soutien et de sympathie. Néanmoins, sa démarche lui a valu aussi des messages de haine. Imprimé à 200000 exemplaires, La France n’a pas dit son dernier mot a déjà été réédité à 70000 exemplaires d’après son auteur. 

Les dernières
actualités