Théâtre

Maintenant, ô immortalité, tu es toute à moi !" C’est au Prince de Hombourg, mis en scène par l’Italien Giorgio Barberio Corsetti, que revient l’honneur d’inaugurer le 68e Festival d’Avignon, qui se tiendra du 4 au 27 juillet. La pièce de Heinrich von Kleist vient d’être réédité par Actes Sud-Papiers le 21 mai dans la traduction de Ruth Orthmann et Eloi Recoing, choisie par le metteur en scène. Elle existe aussi en "Folio théâtre" depuis ce 6 juin, traduit par Irène Kuhn et Pierre Deshusses. De nombreuses pièces programmées lors du festival, qui annonce des metteurs en scène venus des cinq continents (1), sont disponibles dès maintenant en librairie. Olivier Py, président de la manifestation, montera plusieurs spectacles, parmi lesquels Orlando ou L’impatience dont il est l’auteur, et qui vient de paraître le 4 juin chez Actes Sud-Papiers, ou Vitrioli de Yannis Mavritsakis, disponible aux Editions théâtrales.

Aux Pénitents blancs, Matthieu Roy propose Même les chevaliers tombent dans l’oubli de Gustave Akakpo (Actes Sud-Papiers), et Lazare Herson-Macarel monte le Falstafe de Valère Novarina publié, comme la majeure partie de l’œuvre du dramaturge, chez P.O.L, qui éditera par ailleurs le 19 juin sa toute première pièce, L’atelier volant. Antônio Araújo présentera Dire ce qu’on ne pense pas dans des langues qu’on ne parle pas de Bernardo Carvalho, une commande d’écriture qui a été éditée fin mai aux Solitaires intempestifs, tandis que l’œuvre protéiforme de Carvalho est publiée par Métailié et Rivages. On retrouvera aussi, mis en scène par Marie-José Malis, Hypérion de Hölderlin, adapté du texte traduit par Philippe Jaccottet chez Gallimard en "Poésie". Olivier Saccomano revisite Othello de Shakespeare et son texte paraît aux Solitaires intempestifs. Josse De Pauw, avec Huis, réunit deux courtes pièces de Michel de Ghelderode, Le cavalier bizarre et Les femmes au tombeau, à découvrir dans le recueil Théâtre, tome 2 chez Gallimard. Ivo van Hove adapte le roman d’Ayn Rand La source vive (Plon), Chritian Schiaretti monte Mai, juin, juillet de Denis Guénoun (Solitaires intempestifs), Claude Régy Intérieur de Maeterlinck (Eurédit) et Giorgio Barberio Corsetti La famille Schroffenstein de Heinrich von Kleist (Actes Sud-Papiers). Enfin, parmi les ovnis de cette édition, la romancière Lola Lafon présentera son projet Irrévérence(s), monté avec la danseuse étoile Marie-Agnès Gillot.

Anne-Laure Walter

(1) Voir LH 992 du 4.4.2014, p. 10.


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités