Catalogne

Barcelone l’édition capitale

Barcelone vue de la Sagrada Familia. - Photo MYLÈNE MOULIN

Barcelone l’édition capitale

Barcelone sera cette année la ville invitée du Salon du livre de Paris du 22 au 25 mars. Capitale de l’édition littéraire devant Madrid, elle est le siège des plus illustres maisons d’édition espagnoles. La belle catalane est une mine d’or pour les amoureux de littérature qui viennent suivre la trace de leurs héros favoris. Livres Hebdo s’y est promené.

 

J’achète l’article 1.50 €

Par Mylène Moulin,
Créé le 22.03.2013 à 00h00,
Mis à jour le 09.04.2014 à 17h41

Capitale de l’édition littéraire, protagoniste de centaines d’ouvrages, lieu de résidence de multiples écrivains espagnols et étrangers : avec plus de cinq siècles d’histoire éditoriale derrière elle, la cité barcelonaise aimante gens de lettres et amoureux des mots. Elle est de ces villes où chaque rue, chaque place, chaque pas-de-porte rappellent la page d’un roman ou le vers d’un poème.

Dans leur guide Paseos por la Barcelona literaria (Grup 62), les auteurs catalans Sergi Doria et Sergio Vila-Sanjuán recensent pas moins de 16 itinéraires thématiques. On pourrait donc choisir de parler des lieux emblématiques liés à l’imaginaire littéraire de la capitale catalane : la Gràcia des ouvrages de Mercè Rodoreda, le Barrio Chino glauque, prostitué et criminel de Manuel Vázquez Montalbán, Jean Genet ou André Pieyre de Mandiargues, ou le Raval devenu le quartier des immigrés pakistanais et marocains, récemment mis en scène par Mathias Enard dans Rue des voleurs ; les baraques ouvrières du Carmelo de Juan Marsé, déshumanisées par la construction du périphérique ; la rue du Cimetière des livres oubliés de Carlos Ruiz Zafón où vivote aujourd’hui une bibliothèque de rue « autogérée » ; ou encore l’Illa Diagonal, le building couché cher à Sergi Pamiès. On pourrait parler de ces lieux hantés par des personnages de fiction, suivre leurs pas le long des rues étroites du Barrio Gotic, les regarder descendre la Rambla ou arpenter la ville olympique aseptisée. Mais ce serait oublier que « plus qu’une ville littéraire, Barcelone a toujours été surtout la ville de l’industrie éditoriale en Espagne », rappelle Beatriz de Moura, directrice des éditions Tusquets.

48 % : c’est la part du CA de l’édition espagnole réalisée à Barcelone

• A Barcelone, l’édition réalise 1,3 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2012, à comparer aux 2,7 milliards générés par l’industrie éditoriale espagnole.

• Les ouvrages en langue catalane y représentent 25 % de la production éditoriale.

• 300 éditeurs adhèrent à l’Association des éditeurs de Catalogne.

• 4 groupes y ont leur siège : Planeta, Random House Mondadori, RBA et Zeta.

• On y trouve également 11 agences de droits, dont Carmen Balcells et Antonia Kerrigan.

Berceau de l’édition espagnole.

« Aquì se imprimen libros. » Tout commence au 14 de la rue del Call, dans le Barrio Gotic, à deux pas de la célèbre Rambla. L’inscription n’existe plus, mais à la place une légende apprend au passant que s’y trouvait, voilà plus de quatre siècles, l’imprimerie de Sebastià de Comellas, celle-là même où Don Quichotte s’arrêta ébloui et curieux, pour visiter pour la première fois de sa vie un fabricant de livres. A quelques mètres de là, la carrer dels Banys, rue des librairies d’ouvrages anciens, se souvient à peine qu’elle vit sortir de ses presses, au xve siècle, le premier récit de Christophe Colomb. En suivant les traces du passé, avançant à tâtons dans quelques ruelles sinueuses, si fraîches le jour, et si sombres quand le soleil s’en va, on voit se dresser la Casa de Cervantès, au numéro 2 du passeig de Colom, où l’écrivain espagnol aurait vécu pendant son séjour à Barcelone vers 1610.

Saut dans le temps et dans l’espace. Nous sommes en 1828, et Barcelone est devenue un grand centre de l’imprimerie en Espagne. Joaquim Verdaguer fonde l’imprimerie et la maison d’édition du même nom, avant d’ouvrir en 1835 sa librairie sur la Rambla, à hauteur de l’actuel Cafè de l’Opera. Comme le rappelle l’éditeur Jorge Herralde, « Barcelone, loin de Madrid, port de mer, symbole de l’ouverture et de route pour des voyages en bateau vers l’Amérique latine, située près de la frontière française », est aussi la ville où s’enclenche la révolution industrielle en Espagne. « Avec, comme conséquences immédiates, la création de maisons d’édition et d’imprimeries, et la publication de dictionnaires et de littérature », raconte l’éditeur.

Travelling arrière jusqu’aux années 1940. « C’est l’époque de la fondation des maisons d’édition littéraires comme Janés et Destino puis plus tard, dans les années 1960, de Seix-Barral, Lumen, Anagrama, Tusquets et enfin Acantilado et Minúscula », énumère Jorge Herralde, mémoire vivante de l’édition catalane. Qui précise avec insistance que, aux côtés des grands groupes éditoriaux également implantés sur le sol barcelonais comme Planeta et Random House, une « fournée de petites maisons d’édition passionnées ont vu le jour ces dernières années ».

Du Cristal City à la Casa Leopoldo.

En tout, le Syndicat des éditeurs de Catalogne (Gremio de editores en Cataluña) compte aujourd’hui 300 maisons membres (qui publient en catalan et en espagnol), soit plus d’un tiers des éditeurs espagnols. En affichant un chiffre d’affaires de 1,3 milliard d’euros, sur les 2,7 milliards réalisés par l’industrie éditoriale en Espagne, la Catalogne a assis en 2012 son statut de pôle de l’édition ibérique. Le confirme également la présence en son giron des principaux agents littéraires de la péninsule tels que Carmen Balcells, Mercedes Casanova ou Antonia Kerrigan.

Comme toute capitale éditoriale qui se respecte, Barcelone grouille de cafés et de restaurants qui ont abrité les chuchotements de poètes suicidés, les échanges bruyants de théoriciens en désaccord, les rendez-vous fébriles de jeunes auteurs avec leurs sages éditeurs, et les beuveries joyeuses de tout ce petit monde. Dans le cas de Barcelone, ce serait trop audacieux de les dénombrer, mieux vaut les parcourir. Et commencer par ceux des quartiers Sarrìa et Sant Gervasi, anciens villages périphériques, aujourd’hui absorbés par la métropole. On y « monte » à pied ou dans un vieux tramway bleu au charme désuet. C’est là, sur les hauteurs de la ville, sous le mont Tibidabo, d’où l’on ne sait pas bien si l’horizon se mêle à la mer ou l’inverse, qu’ont grandi nombre de figures de l’édition barcelonaise, dont Béatriz de Moura et Jorge Herralde. C’est là que les fauteuils en cuir du bar-librairie Cristal City ont accueilli les « tertulias » littéraires de l’éditeur Carlos Barral, des frères Goytisolo et du poète Jaime Gil de Biedma au milieu des années 1950. Là aussi que le cabaret Bocaccio accueillait les nuits bercées d’alcool « tonic » et d’idéaux démocratiques des jeunes fous de la Gauche divine des années 1970, parmi lesquels Gabriel García Márquez, Mario Vargas Llosa, Alfredo Bryce Echenique ou encore l’éditeur Josep Maria Castellet.

Malheureusement ces lieux-là n’existent plus que dans la mémoire des lettres catalanes. D’autres en revanche ont survécu au temps qui passe et aux multiples changements qu’a connus la ville. Plus bas dans la plaine, vers le port, dans le Barrio Chino transformé et vidé de ses marins ivres et de ses filles de joie, subsiste la Casa Leopoldo, cantine de l’écrivain Manuel Vázquez Montalbán et de son personnage, le détective privé Pepe Carvalho. A quelques minutes à pied, sur la Rambla, le numéro 74 héberge le célèbre Cafè de l’Opera qui depuis 1929 voit se croiser intellectuels et touristes. Enfin, nichée dans une des ramifications de la Rambla, dans la rue Canuda, El Ateneu a été et restera sans doute encore longtemps un des plus hauts lieux chargés de l’histoire littéraire de Barcelone. Ce centre, fondé en 1860 (mais situé à cette adresse depuis 1906), est associé au nom de Josep Pla qui fréquenta son exceptionnelle bibliothèque privée aux plafonds peints. Cette antre de la culture catalane, où l’on pénètre par une large arcade, a vu se succéder des générations d’intellectuels catalans ainsi que de nombreux auteurs et artistes comme Federico Garcia Lorca, Paul Valéry ou Igor Stravinsky. Elle reste aujourd’hui un endroit de référence pour les Barcelonais et héberge une école d’écriture.

Effervescence.

Après tous ces détours, à arpenter cette Barcelone des figures littéraires, à croiser des fantômes et à contempler parfois des plaques en zinc sur un mur vide devant une porte fermée, une question : la vie littéraire de la capitale catalane appartiendrait-elle au passé ? Oui, répond Eduardo Mendoza, le grand conteur de Barcelone : « Certes, elle reste un centre d’attraction d’écrivains de n’importe quelle langue. Beaucoup viennent y habiter pour la proximité avec le monde éditorial. Mais ils ne viennent plus y chercher exactement les mêmes choses, cette effervescence qu’il y avait avant : notre temps à nous, ce n’est plus le leur. Les choses ont beaucoup changé, les moyens de communication ont évolué, et les échanges ne passent plus par la rencontre. »

Les librairies, derniers lieux littéraires ?

Javier Calvo, Marc Pastor, Sebastian Alzamora, Berta Marsé : la nouvelle génération d’écrivains barcelonais reconnaît qu’elle ne pense pas à se retrouver pour parler littérature et refaire le monde, dans un café ou un restaurant qui pourraient un jour utiliser leur nom ou leur image comme attrape-touristes. Le Français Mathias Enard, Barcelonais d’adoption, prend souvent ses quartiers dans un bar du Raval. La raison de ce choix est stratégique : à quelques mètres se trouve la librairie La Central. Pourtant menacées d’extinction dans de nombreuses villes d’Espagne, les libraires restent ici les seuls lieux de débat sur la création et la production littéraire, avec les bibliothèques, dont le réseau s’est considérablement développé depuis dix ans. « Mes souvenirs d’éditeur sont très liés aux librairies, lieux de rencontre entre les gens, où on peut trouver des livres qu’on recherche mais aussi des trésors inattendus. Je voudrais aussi souligner, au cours de ces dernières années, le travail de La Central et de Laie qui sont devenues des petites chaînes d’excellentes librairies », souligne Jorge Herralde. Il reste que petit à petit, tout comme les cafés et les souvenirs du monde littéraire barcelonais d’antan, les librairies s’éteignent : en février dernier, la Llibreria Catalònia et la Llibreria Proa Espais, deux des plus emblématiques de Barcelone, ont fermé. <

Eduardo Mendoza : "Il y a de plus en plus de maisons d’édition"

Ecrivain associé à la ville des prodiges, Eduardo Mendoza est catalan, écrit en castillan et vit à Londres. Dans son nouveau roman La grande embrouille, paru au Seuil le 7 mars, le pape des lettres espagnoles nous embarque dans une Barcelone en crise.

Photo JEAN-LUC BERTINI/PASCO

(1) Selon la Generalitat de Catalunya, la Catalogne décernerait plus de 1 000 prix littéraires par an. Le plus connu est le prix Planeta, organisé par la maison d’édition éponyme et doté de 600 000 euros.




Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités