Bertelsmann : beau semestre pour Random House

Bertelsmann : beau semestre pour Random House

Les best-sellers publiés par Random House au premier semestre ont largement contribué à doper l'activité du groupe Bertelsmann. Mais plus question d'entrée en bourse pour le groupe allemand.

Par Annie Favier ,
avec af Créé le 15.04.2015 à 22h43

Random House, filiale d'édition du groupe Bertelsmann, annonce un chiffre d'affaires de 947 millions d'euros pour le premier semestre 2012, contre 787 millions d'euros pour la même période de 2011, et un résultat opérationnel également en nette hausse à 113 millions d'euros (69 millions d'euros au premier semestre 2011).

Ces résultats sont en grande partie redevables à un grand nombre de best-sellers publiés par la maison. La trilogie Fifty shades, de E.L. James, arrive largement en tête : entre mars et juin plus de 30 millions d'exemplaires en langue anglaise ont été vendus de ce roman d'inspiration sado-masochiste (le premier volume paraîtra en France le 17 octobre chez Lattès sous le titre Cinquante nuances de Grey).

Globalement, 155 titres sont apparus dans la liste des best-sellers du New York Times au cours du premier semestre, pendant qu'en Grande Bretagne, 22% des titres de la filiale britannique ont figuré dans les listes de best-seller du Sunday Times.

Parallèlement, Random House propose un catalogue de 42 000 titres numérisés et poursuit son programme de développement. Aux Etats-Unis, la filiale a ouvert un portail en ligne pour que les auteurs puissent accéder quotidiennement aux informations sur les chiffres de vente, les ventes de droits, etc... et favorise également la communication directe entre auteurs et lecteurs.

Bertelsmann table sur une croissance modérée pour 2012


Le groupe Bertelsmann dans son ensemble enregistre un chiffre d'affaires en hausse de 5% à 7,6 milliards d'euros et un bénéfice net en hausse de 52% à 279 millions d'euros. Selon les dirigeants, tous les départements du groupe ont participé à cet essor, Random House en tête, mais aussi le groupe de médias RTL Group (dont M6 et RTL en France), la société de services Arvato et la filiale de presse Grüner+Jahr.

Selon Thomas Rabe, P-DG du groupe depuis début 2012, le groupe table pourtant cette année sur une croissance "modérée", qui devrait en premier lieu s'appuyer sur les développements numériques et l'investissement dans les activités en Asie et en Amérique du Sud.

Il y a quelques semaines, Bertelsmann a adopté une nouvelle forme juridique, sortant de son statut de société par actions pour devenir une SCA (société de commandite par actions) et une SE (société européenne), l'ensemble étant toujours contrôlé par la famille Mohn, descendante des fondateurs. Certains observateurs ont vu dans cet assouplissement de statut un nouveau pas vers une possible entrée en bourse, annoncée en mars par les dirigeants, après que la famille Mohn s'y soit opposée pendant des années.

Fausse alerte : cité par le magazine Handelsblatt, un proche des Mohn affirme que la famille a renoncé à ce projet. L'arrivée en janvier 2013 de Christoph Mohn, 47 ans, à la présidence du conseil de surveillance, témoigne de l'emprise toujours très forte de la famille. Il est le fils de Brigitte Mohn, actuelle "patronne" de l'entreprise, et de Reinhard Mohn le "patriarche" décédé en 2009.

Les dernières
actualités