“Le projet Google Book Search et Gallica ne sont pas concurrents mais complémentaires” : ainsi s'exprime Bruno Racine, président de la BnF, dans sa lettre de réponse à un audit de la BNF réalisé par l'Inspection générale des finances entre octobre 2008 et février 2009.

Le rapport définitif de l'Inspection, qui vient d'être mis en ligne (https://www.igf.bercy.gouv.fr/), apporte des précisions sur un partenariat éventuel entre la bibliothèque et la société américaine qui viennent confirmer les prises de position récentes de la part de la BnF et du gouvernement.

Ainsi le rapport recommande-t-il de réorienter la stratégie de numérisation de la bibliothèque vers une logique plus qualitative (collections uniques ou rares, presse...) et partenariale.

Le président de la BnF y souscrit en définissant quatre axes prioritaires :
poursuivre jusqu'en 2011 le programme de numérisation des imprimés et de la presse (selon une charte documentaire qui comprend 300 000 documents)
lancer “un programme de numérisation en nombre de documents spécialisés et audiovisuels”
développer l'offre d'ouvrages sous droit en partenariat avec les éditeurs dans le cadre de l'expérience lancée en mars 2008
enfin, faire évoluer “Gallica vers une Bibliothèque numérique de France”, d'une part en s'ouvrant aux autres bibliothèques françaises, et d'autre part en entamant des discussions avec Google.

“Il convient de rappeler, précise Bruno Racine, que les contacts avec la firme californienne, comme avec Microsoft, ont été réguliers et pourraient connaître de nouveaux développements.”

Il décrit le cadre dans lequel “une éventuelle coopération avec Google” serait possible : “ne porter uniquement que sur les oeuvres du domaine public (...), venir en complément des programmes de numérisation de masse financés par le Centre national du livre, quitte à réorienter ces derniers pour ne pas se trouver dans une situation de dépendance (...), limiter les restrictions d'accès éventuelles aux seuls acteurs commerciaux, de manière à préserver Europeana et le réseau des bibliothèques numériques francophones.”

“Dans ce cadre, précise-t-il encore, la BnF pourrait confier à Google la numérisation de la collection des doubles naguère conservée à Versailles et aujourd'hui stockée sur le site François-Mitterrand (...). En échange, Google serait prêt à confier à la BnF, en vue de leur intégration dans Gallica, les fichiers des ouvrages du domaine public de langue française déjà numérisés dans les bibliothèques américaines partenaires mais aussi de ceux qui seraient numérisés en Europe, par exemple à la bibliothèque municipale de Lyon.”

17.09 2009

Auteurs cités

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités