L'équipe du président américain aurait de sérieux doutes sur l'efficacité de sa politique en Afghanistan, révèle le journaliste Bob Woodward dans Obama's wars, un livre à paraître la semaine prochaine aux Etats-Unis chez Simon & Schuster, et dont le New York Times s'est procuré un exemplaire.

Si les dissensions internes à l'équipe de Barack Obama sont devenues publiques, le célèbre journaliste, qui avait révélé le scandale du Watergate, décrit le tableau bien plus sombre d'une administration constamment déchirée par les querelles de clocher.

Tiraillé entre son équipe, l'armée et le Parti démocrate, le président américain aurait adopté en Afghanistan une stratégie de compromis à laquelle lui-même ne croirait pas, privilégiant un retrait rapide de l'armée américaine au détriment de la stabilité du pays.

Interrogé en privé par le sénateur de Caroline du Sud Lindsey Graham, qui lui demandait si la date de juillet 2011 fixée pour le retrait des troupes était ferme et définitive, le président américain aurait ainsi répondu : “Je suis obligé de le dire. Je ne peux pas laisser cette guerre continuer indéfiniment, et je ne peux pas perdre le Parti démocrate.” Le président se serait par ailleurs emporté à plusieurs reprises contre les représentants de l'armée qui le pressaient d'envoyer des troupes supplémentaires, tout en ayant à gérer les humeurs du président afghan Hamid Karzai, qui serait dépressif et sous traitement médicamenteux.

Le vice-président Joseph Biden et l'envoyé spécial pour l'Afghanistan et le Pakistan Richard C. Holbrooke auraient également des doutes sur la politique afghane des Etats-Unis, même si c'est à peu près la seule chose que partagent les deux hommes puisque, selon le livre de Bob Woodward, le premier aurait décrit le second comme “le salaud le plus prétentieux que j'ai jamais rencontré”.

Pour cette enquête, Bob Woodward s'est appuyé sur de nombreux entretiens avec des membres de l'administration Obama, des documents officiels dont certains seront publiés en annexe de l'ouvrage et un entretien avec le président des Etats-Unis. A cette heure, la Maison blanche n'a pas commenté la parution du livre.

22.09 2010

Auteur cité

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités