Budget 2018: Françoise Nyssen face aux parlementaires | Livres Hebdo

Par Cécilia Lacour, le 08.11.2017 à 17h21 (mis à jour le 08.11.2017 à 18h00) Politique

Budget 2018: Françoise Nyssen face aux parlementaires

Françoise Nyssen lors de son audition au Sénat le 25 octobre 2017 - Photo COPIE D'ÉCRAN/SÉNAT

Lors de ses auditions au Sénat le 25 octobre et à l’Assemblée nationale le 7 novembre, Françoise Nyssen a répondu aux questions des parlementaires sur les crédits alloués à la Culture dans le projet de loi de finance (PLF) 2018.

"Il n’y a pas d’exclus de la Culture mais des exclus de la politique culturelle", a assené Françoise Nyssen pendant son audition devant les parlementaires de l’Assemblée nationale le 7 novembre. La ministre de la Culture souhaite s’engager dans une "politique culturelle de proximité" pour "rattraper toutes celles et ceux qui se sentent aujourd’hui sur le bord de la route".
 
Cette politique de proximité repose sur un rééquilibrage du budget en faveur des territoires, soit 860 millions d’euros en 2018 (+6% par rapport à 2017). Quatre relais sont privilégiés dont les bibliothèques pour lesquelles Françoise Nyssen poursuit un objectif de transformation pour 200 d’entre elles, soit 2 par départements, d’ici la fin 2018.

Diminution apparente du budget
 
Par ailleurs, la ministre de la Culture est revenue, lors de son audition au Sénat le 25 octobre, sur la diminution apparente des crédits alloués à la mission "Livre et industries culturelles". Cette baisse s’expliquerait par le transfert des crédits en faveur du développement de la lecture dans un nouveau programme où ils sont "renforcés". Françoise Nyssen a également souligné à l’Assemblée nationale l’affectation de "13,4 millions après transfert dédiés à l’éducation artistique et culturelle en faveur du livre et de la lecture".

Pour le Pass Culture, promesse de campagne d'Emmanuel Macron, une première expérimentation est programmée pour l'automne 2018, avec une première dotation de 5 millions d'euros. "Il faut éditorialiser les offres proposées aux jeunes", a martelé la ministre.
 
Le livre programmé au 22 novembre
 
Au Sénat, Françoise Nyssen a réaffirmé son soutien au programme de numérisation des livres indisponibles du XXe siècle ReLire, "un dispositif unique et original" que la Cour de justice de l’Union européenne a en partie invalidé fin 2016, suivi par le Conseil d’Etat en juin dernier. "La France continue d’œuvrer pour sécuriser cette démarche dans le projet de directive européenne sur le droit d’auteur", a revendiqué l’ancienne éditrice, rappelant trois priorités: "assurer la juste rémunération des auteurs, conserver le principe de territorialité des droits et assurer le partage de la valeur".
 
Concernant l’extension des horaires d’ouverture des bibliothèques et son accompagnement budgétaire, thématique sur laquelle Françoise Nyssen a été questionnée à plusieurs reprises, ou sur sa politique en faveur du livre en général, la ministre réserve sa parole pour sa prochaine audition au Sénat, prévue le 22 novembre prochain.

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre