Etude

Canada: le nombre de lecteurs baisse chaque année

Photo DR

Canada: le nombre de lecteurs baisse chaque année

Le pourcentage de lecteurs canadiens est passé de 88% en 2013 à 81% en 2017. Une baisse du lectorat constante mais "pas trop dramatique" pour autant, selon BookNet Canada.

J’achète l’article 1.50 €

Par Cécilia Lacour,
Créé le 04.05.2018 à 16h54,
Mis à jour le 04.05.2018 à 18h23

Le nombre de lecteurs au Canada s'érode d'année en année. En effet, 81% de Canadiens ont lu un livre en 2017, alors qu'ils étaient 88% en 2013, révèle une étude réalisée par BookNet Canada, un organisme à but non lucratif de recherche et de promotion du livre, auprès de 750 Canadiens. Si cette baisse est réelle, elle n'est pas pour autant jugée "trop dramatique", estime BookNet Canada.
 
Dépassée par des activités comme "passer du temps avec sa famille", "regarder la télévision" et "surfer sur Internet", la lecture figure en quatrième position dans la liste des loisirs préférés des Canadiens, devant le cinéma.
 
Si le nombre de lecteurs canadiens s'érode lentement, la grande majorité d'entre eux estiment lire autant (47,6%) voire plus (33,5%) d'ouvrages que l'année précédente. Le papier continue de séduire 92% des lecteurs, loin devant les ebooks (52%) et les livres audio (28%).
 
La lecture sur smartphone en hausse
 
En matière de livres numériques, l'étude pointe toutefois un certain engouement pour la lecture sur smartphone, encouragée par l'essor d'applications comme Google Books, iBooks ou celles d'Amazon Kindle et Kobo. En deux ans, ce support a enregistré une popularité en hausse de 10 points et séduit désormais 23% des Canadiens. Le smartphone fait désormais concurrence aux liseuses – qui attirent 25% des lecteurs – sans toutefois déstabiliser les tablettes qui remportent les faveurs de 35% des amateurs de ebooks.
 
En terme de prescription, le bouche-à-oreille reste le meilleur moyen de découvrir de nouveaux ouvrages pour 46% des Canadiens. Les lecteurs découvrent aussi leurs futures lectures en librairies (36%), et sur les réseaux sociaux et les sites de vente en ligne (31% pour les deux). Absente de l'étude de 2017, la prescription via les newsletters séduit 11% des sondés.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités