Librairie

Catherine Léonard-Papion, de la Fnac à Payot

Photo DR

Catherine Léonard-Papion, de la Fnac à Payot

En un peu plus de trente ans, la directrice de la librairie Payot de Lausanne, qui a pris sa retraite le 30 septembre, a accompagné toutes les transformations du marché du livre en passant par la Fnac, Extrapole et Virgin avant de rejoindre la chaîne de librairies suisse.

J’achète l’article 1.50 €

Par Clarisse Normand,
Créé le 07.10.2016 à 00h00,
Mis à jour le 07.10.2016 à 07h34

Professionnelle reconnue et appréciée, Catherine Léonard-Papion a fait jouer, à 64 ans, ses droits à la retraite. Entrée à la Fnac en 1984, qu’elle a quittée en 1992 pour participer à la création de l’enseigne Extrapole, passée sous pavillon Virgin en 2001, elle a laissé le 30 septembre le poste qu’elle occupait, depuis 2003, de directrice de la librairie Payot de Lausanne, où elle est remplacée par Jean-Marie Vallos (1).

Ce parcours l’a comblée, elle qui, "allergique au scolaire mais grande lectrice", a arrêté ses études après le bac et n’était "intéressée que par un métier : libraire". Après une première expérience de 1972 à 1976 dans une librairie indépendante de Rouen aujourd’hui disparue, où elle a "commencé avec des tâches un peu ingrates comme passer le balai", et un congé de maternité de huit ans, elle entame vraiment sa carrière de libraire en entrant en 1984 à la Fnac de Rouen, qui ouvre tout juste ses portes. "Il faut se rappeler qu’à l’époque la Fnac était une librairie incroyable !, s’exclame-t-elle. Avant d’y travailler, j’y allais comme cliente : une fois par mois, je faisais un tour à la Fnac Forum."

Embauchée sous le patronyme de Papion qu’elle gardera pour l’ensemble de sa carrière française, elle travaille au rayon de la littérature traduite et est parrainée par Anne Schenk, alors directrice de la librairie du magasin de Strasbourg avant de diriger, beaucoup plus tard, Mollat, à Bordeaux. "C’était une chance terrorisante, se souvient-elle. Anne Schenk était quelqu’un d’impressionnant mais aussi de très stimulant qui vous donnait envie de donner le meilleur de vous-même."

Un défi en banlieue

Après Rouen où elle reste deux ans et demi, Catherine Léonard-Papion part pour la Fnac de Montpellier, aux rayons littérature et beaux-arts du magasin qui vient d’ouvrir. "Ce changement a été fort intéressant car mon nouveau responsable était très tourné vers la gestion. J’ai découvert une autre facette du métier et compris que la librairie était un mix subtil." Restée deux ans et demi à Montpellier mais "ne supportant plus le soleil omniprésent", elle revient en Ile-de-France, où elle est en 1989 responsable de la librairie de la Fnac qui ouvre à Créteil. "A l’époque, s’installer en banlieue était un défi. Mais on s’est vite rendu compte que les gens nous étaient reconnaissants de leur offrir une librairie."

A la Fnac, où elle reste jusqu’en 1992, elle noue des contacts qui seront décisifs pour la suite de sa carrière. C’est là qu’elle rencontre Philippe Mondan, directeur général de 1987 à 1991 avant de fonder Extrapole, mais aussi Claude Jaillon, qui deviendra directeur général de Payot, ainsi que Pascal Vandenberghe, désormais propriétaire de l’enseigne suisse.

"C’est Philippe Mondan, se souvient-elle, qui, à Créteil, a introduit la notion de service et d’accueil qui n’était pas très présente au sein de la Fnac." Catherine Léonard-Papion "n’hésite pas" à le rejoindre lorsqu’il lui propose en 1992 de prendre la direction du livre à Extrapole qu’il est en train de créer. Motivée par le lancement d’une enseigne au concept novateur basé sur une implantation en centres commerciaux et une approche conviviale et non élitiste de la culture, la libraire participe à la construction du projet. Puis travaille, entre 1993 et 1996, dans le premier magasin qui ouvre à Belle Epine, dans le Val-de-Marne, avant de prendre la direction du livre du groupe, qui a étendu son périmètre.

En dates

1984 : entre à la Fnac de Rouen, rayon littérature traduite.

1987 : Fnac Montpellier, rayons beaux-arts et littérature.

1989 : dirige la librairie de la Fnac de Créteil.

1992 : création d’Extrapole, responsable de la librairie du magasin de Belle Epine (Val-de-Marne), puis directrice du livre pour l’ensemble des magasins.

2001 : directrice du livre à Virgin.

2003 : directrice de la librairie Payot de Lausanne.

Racheté en 1998 par Hachette Distribution Services (HDS), devenu Lagardère Services, Extrapole accélère son développement et reprend le Furet du nord et ses 12 points de vente. Mais, lorsque, en 2001, HDS rachète aussi Virgin Stores France et place les Extrapole sous le pavillon de cette enseigne, "c’est le choc des cultures, se souvient Catherine Léonard-Papion. Cela a été très violent pour les équipes, mais aussi pour les clients". Promue à son "corps défendant" directrice du livre de Virgin, elle découvre pourtant "des libraires incroyablement compétents et motivés. Il aurait fallu leur donner les rênes mais la direction ne jurait que par la centralisation. C’était très frustrant."

La problématique du taux de change

En 2003, Virgin qui réfléchit à une nouvelle version de ses librairies envoie sa directrice voir ce qui se fait en Suisse chez son cousin Payot, qui appartient aussi à HDS. "Je me suis rendue à Lausanne où j’ai rencontré le directeur général de l’enseigne, Claude Jaillon, que je connaissais déjà. Quand, au fil de la conversation, il m’a demandé comment j’allais et que je lui ai répondu "mal", il m’a immédiatement proposé la direction du magasin de Lausanne, le vaisseau amiral de Payot. Un vrai cadeau !" Arrivée en Suisse le 1er avril 2003, elle "retrouve la philosophie de la Fnac à ses débuts dans les années 80… avec en plus, une qualité de service excellente. Sachant qu’en Suisse, il y a un lectorat formidable, c’était le paradis. Malheureusement, ces dernières années, la problématique du taux de change et la concurrence par les prix que mène en Suisse la Fnac, depuis qu’elle s’approvisionne directement en France, ont durci les conditions d’exercice du métier. Les éditeurs français devraient davantage soutenir les librairies qui, comme Payot, maintiennent une approche qualitative."

Rappelant que le marché du livre suisse revient "à plus de 80 % aux éditeurs français" et que Payot Lausanne "aurait sa place dans le top 5 du classement des libraires publié par Livres Hebdo si celui-ci ne concernait pas exclusivement les structures de l’Hexagone", Catherine Léonard-Papion s’étonne encore des difficultés à faire venir un auteur français pour une rencontre. "J’ai parfois l’impression qu’on est sur les îles Fidji alors qu’on est à peine à 4 heures de train de Paris !" lâche cette femme discrète, qui a toujours dit ce qu’elle avait à dire. Tandis que Pascal Vandenberghe salue le professionnalisme et la personnalité de sa collaboratrice dont "la modestie naturelle va bien avec l’esprit suisse et a sans doute facilité son intégration à l’équipe", Catherine Léonard-Papion revendique le fait d’avoir eu à cœur de faire évoluer ses collaborateurs et de leur transmettre un savoir-faire. "Aux jeunes générations de libraires qui s’appuient beaucoup sur l’informatique, un outil que je n’avais pas quand j’ai débuté, je conseille d’être aussi présent sur le terrain, de manipuler les livres, d’observer les rayonnages. C’est le meilleur moyen de connaître le fonds. Et le fonds, sans la poussière, c’est le credo à suivre."

(1) LH 1099, du 30.9.16, p. 34.


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités