"Ce qu'il faut de nuit" de Laurent Petitmangin (La Manufacture de livres) | Livres Hebdo

Par Alexiane Guchereau, le 25.07.2020 à 10h00 (mis à jour le 27.07.2020 à 13h01) Premiers romans de la rentrée

"Ce qu'il faut de nuit" de Laurent Petitmangin (La Manufacture de livres)

Laurent Petitmangin - Photo DR/LA MANUFACTURE DES LIVRES

Pendant l’été, Livres Hebdo présente 20 des 65 premiers romans de la rentrée 2020.

Les premières lignes de Ce qu'il faut de nuit, premier roman de Laurent Petitmangin, prévu à La Manufacture des livres le 20 août, nous emmènent sur un terrain de foot où l'on peut voir que "Fus s'arrache sur le terrain".

Ce qu'il faut de nuit
raconte l'histoire d'un père qui élève seul ses deux fils. Les années passent et les enfants grandissent. Ils choisissent ce qui a de l'importance à leurs yeux, ceux qu'ils sont en train de devenir. Ils agissent comme des hommes. Et pourtant, ce ne sont encore que des gosses. C'est une histoire de famille et de convictions, de choix et de sentiments ébranlés, une plongée dans le cœur de trois hommes.

Des personnages attachants

"Héritier d'un certain naturalisme, Laurent Petitmangin a composé un roman âpre, tout en pudeur et en retenue, avec des personnages attachants (le brave Gillou, par exemple, qui saura prendre l'ascenseur social et réussir ses études à Paris), servi par un style sans fioritures" estime Jean-Claude Perrier dans son avant-critique publiée dans le numéro du 19 juin.

Le premier roman, très apprécié des libraires, est déjà en cours de traduction dans quatre langues (Allemagne, Italie, Pays-Bas, Angleterre). Il fait partie de la sélection de huit romans en lice pour le Prix Stanislas, qui sera remis le 12 septembre au salon le Livre sur la Place de Nancy.

Laurent Petitmangin est né en 1965 en Lorraine au sein d’une famille de cheminots. Il passe ses vingt premières années à Metz, puis quitte sa ville natale pour poursuivre des études supérieures à Lyon. Il rentre chez Air France, société pour laquelle il travaille encore aujourd’hui. Grand lecteur, il écrit depuis une dizaine d’années.
close

S’abonner à #La Lettre