Adaptations

Cérémonie des Oscars 2022 : le palmarès des adaptations

Jane Campion, réalisatrice de "The Power Of The Dog", le 27 mars 2022. - Photo (Photo by VALERIE MACON / AFP)

Cérémonie des Oscars 2022 : le palmarès des adaptations

Les adaptations cinématographique "The Power of the Dog", "Dune" et "Drive My Car" ont brillé lors de la 94e cérémonie des Oscars qui s'est déroulée dans la nuit du 27 au 28 mars.

J’achète l’article 1.5 €

Par Dahlia Girgis ,
Créé le 28.03.2022 à 17h05

La 94e cérémonie des Oscars a distingué plusieurs adaptations dans la nuit du 27 au 28 mars. A commencer par l'Oscar de la meilleure réalisation décerné à Jane Campion pour The Power of the Dog. Diffusé sur Netflix, le film s'inspire du livre Le pouvoir du chien de Thomas Savage, publié en France chez Belfond puis en poche chez Gallmeister.

Jane Campion adapte l'histoire de deux frères dans le Montana des années 1920. Le récit relate la dégradation des relations entre George et Phil, issus d'une riche famille d'éleveurs. Lorsque George épouse secrètement Rose, une veuve de la région, Phil mets tout en œuvre pour détruire cette épouse en utilisant son fils comme pion.

Jane Campion est la troisième femme a remporter cet Oscar, après Chloé Zhao en 2021 avec Nomadland (adapté de l'essai éponyme de Jessica Bruder, paru en France chez Globe et en poche chez J'ai lu). Egalement première femme cinéaste à avoir emporté la Palme d'or à Cannes (1993 pour La leçon de Piano), la néo-zélandaise fait l'objet d'une monographie, Jane Campion par Jane Campion, de Michel Ciment, rééditée et actualisée par l'éditeur Cahiers du cinéma et en vente le 18 mars.

Deux récits fleuves récompensés sur le grand écran

Adapté du roman de Frank Herbert, publié en France chez Robert Laffont, le film Dune remporte quatre statuettes dans les catégories "Meilleur son", "Meilleur montage", "Meilleure musique originale" et "Meilleur décor". Denis Villeneuve adapte cette référence de la science fiction. Le spectateur suit le parcours de Paul Atreides, incarné par Timothée Chalamet, sur la planète Arrakis.

L'Oscar du Meilleur film international est décerné à Drive My Car du Japonais Ryûsuke Hamaguchi. L'oeuvre, prix du jury à Cannes, est tirée d’une nouvelle d’Haruki Murakami issue du recueil Des hommes sans femmes (Belfond). Ce récit fleuve suit le parcours de Yusuke Kafuku, acteur et metteur en scène de théâtre. Après un drame personnel, il accepte de monter une pièce de théâtre dans un festival, à Hiroshima où il rencontre Misaki, une jeune femme réservée. Au fil des trajets, la sincérité croissante de leurs échanges les oblige à faire face à leur passé.

Les dernières
actualités