Rentrée littéraire 2021

Charif Majdalani, « Dernière oasis » (Actes Sud) : Trésor de guerre

Majdalani Charif - Photo DR

Charif Majdalani, « Dernière oasis » (Actes Sud) : Trésor de guerre

Charif Majdalani signe un roman d'espionnage et de géopolitique, sur fond de trafic d'œuvres d'art. Tirage à 13000 exemplaires.

J’achète l’article 1.50 €

Par Jean-Claude Perrier,
Créé le 28.06.2021 à 10h00,
Mis à jour le 28.06.2021 à 18h30

À l'été 2014, le docteur Raphaël Arbensis, un Libanais issu d'une grande famille un peu déclassée, contacté par de mystérieux correspondants irakiens, part pour l'oasis de Cherfanieh dans la plaine de Ninive, tout au nord de l'Irak, non loin du Kurdistan. Une zone en pleine guerre civile, entre les troupes fidèles au régime de Bagdad, les « milices archaïques » de Daech, les Kurdes, et des condottieres régionaux, comme ce général Ghadban, chef tribal des Chammars, des sunnites, qui rêve de réunifier son pays, sous sa férule bien sûr. Chacun des camps est soutenu par des puissances étrangères, Américains, Russes, Turcs, ou Saoudiens, et pour les mêmes raisons : la domination de la région, avec son pétrole, ses richesses archéologiques inestimables. Et justement, Ghadban affirme être en possession d'un ensemble de pièces provenant de l'antique Khorsabad, rescapées de l'expédition française de Victor Place (le reste est au Louvre), qu'il est désireux de négocier.

Outre sa réputation internationale de spécialiste en archéologie du Moyen-Orient, Raphaël est connu comme expert, intermédiaire voire marchand, peu regardant sur la légalité des transactions qu'il favorise. C'est pour cela qu'il est riche et que, par curiosité, par goût de l'aventure, il accepte l'invitation du général. C'est lui, plus tard, qui raconte toute cette histoire, à la première personne.

S'il se définit comme « une sorte d'Arsène Lupin un peu snob », il a aussi un côté Indiana Jones, et, lorsqu'il est sur la piste d'un trésor, rien ne l'arrête. Ni le danger - les terroristes de Daech sont tout proches, ils vont bientôt s'emparer de Mossoul, massacrer les habitants, piller la ville et ses trésors archéologiques -, ni les mensonges (le trésor du général, qui proviendrait plutôt de Ninive que de Khorsabad, est-il vraiment un bien de famille ?), ni la canicule, ni les conditions de vie spartiates. Il campe avec les soldats de Ghadban, et ses enfants : le jeune Jalil, un rêveur, et la belle Chirine, digne fille de son père, qui ne le laisse pas indifférent. Mais elle est fiancée à un capitaine, qu'elle finira par épouser.

Raphaël mène son enquête, tandis que le califat s'étend à toute la région. Dans ce chaos, quel jeu joue le général ? Ses rares explications ne sont pas claires. L'archéologue se renseigne, questionne, échafaude des hypothèses, négocie avec ses contacts internationaux pour vendre le fameux trésor. C'est à ce moment-là que Ghadban est assassiné. Par qui, pourquoi, où sont passés les précieux objets ? Et Chirine en sait-elle plus qu'elle ne veut bien le dire ? Il faudra attendre cinq ans, et que le trésor refasse surface, pour que Raphaël apprenne enfin la vérité sur la mort du général, et le reste...

Mêlant suspense, espionnage, considérations stratégiques, analyse géopolitique, Charif Majdalani a composé un thriller complexe, riche, qui nécessite de la part du lecteur de connaître un peu l'histoire et la géographie du Moyen-Orient, lesquelles expliquent largement l'état actuel de la région : une poudrière.

Charif Majdalani
Dernière oasis
Actes Sud
Tirage: 13 000 ex.
Prix: 20 € ; 272 p.
ISBN: 9782330153861

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités