Christa Wolf est décédée à 82 ans

Christa Wolf

Christa Wolf est décédée à 82 ans

Souvent considérée comme la plus grande écrivaine est-allemande, elle incarnait la confrontation entre l'idéal socialiste et la réalité d'un pays divisé et réunifié dans la douleur.

Par Julie Rocha-Soares ,
avec jrs, avec afp Créé le 15.04.2015 à 19h12

Née en 1929 en Prusse orientale, aujourd'hui territoire polonais, Christa Wolf a vécu à partir de 1945 dans la zone d'occupation soviétique qui deviendra en 1949 la République démocratique allemande (RDA). Elle vient de décéder ce jeudi 1er décembre à l'âge de 82 ans.

Traduite dans plus de 20 langues, elle a reçu de très nombreuses récompenses dont le Prix Büchner, la plus haute disctinction littéraire allemande en 1980 et deux fois le Prix national de la RDA. L'ensemble de ses créations la place comme l'un des écrivains majeurs de ce temps.?

Dans son oeuvre transpirent ses angoisses sur la nation, l'avenir du vivre ensemble allemand mais aussi ses nombreuses interrogations sur le rôle de l'écrivain et l'engagement politique. Les héros sont en conflit avec eux-mêmes et leur temps, dans des mondes qui les dépassent.

Publiée par de nombreux éditeurs français, elle a vu paraître ses derniers titres chez Stock : Le ciel divisé ; Trame d'enfance, où elle fait l'autopsie du nazisme et veut faire voler en éclats la chape de plomb sur le passé hitlérien ; et Aucun lieu, nulle part : et neuf autre récits (1965-1979), livre sur la période de rupture avec le régime est-allemand.

Elle fut en effet démise de ses fonctions à l'Union des écrivains après son livre Christa T. (Fayard ,2003), publié en 1968. Par la suite, elle n'avait pas cessé de s'opposer : en 1976 elle avait même protesté ouvertement contre l'expulsion de son pays de l'artiste contestataire Wolf Biermann.

Dans Un jour dans l'année paru en 2006 (Fayard) elle réunit les chroniques qu'elle a tenues de 1960 à 2000, soit 41 comptes rendus de la vie ordinaire de sa famille, républicaine démocratique, ballotée par l'Histoire. Elle dénoncera aussi la catastrophe nucléaire de Tchernobyl avec L'Incident.

Jeune femme au sortir de la guerre, c'est par idéal que cette fille de commerçants a choisi de rester en RDA et d'adhérer au Parti communiste SED, et bien qu'elle ait critiqué les autorités du pays, elle n'a jamais renié son attachement à "l'autre Allemagne". Elle était alors en cour à Berlin Est, pouvait voyager librement et profitait des généreuses subventions versées par le régime à l'Union des écrivains, dont elle fut l'une des dirigeants. Des révélations en 1993 sur ses contacts avec la Stasi, la police secrète de la RDA, au tout début des années 60, achèvent d'entacher son image, la reléguant au rang d'auteur "has been" et d'étoile déchue. La presse l'accable, elle se fait alors discrète et se retire même un temps en Californie.

Amie de Günter Grass, elle a encouragé de nombreux jeunes poètes est-allemands, et devint une figure de proue chez les intellectuels de son pays.
15.04 2015

Les dernières
actualités