Roman

Colombe Schneck, « Deux petites bourgeoises » (Stock) : Fleurs immortelles

Colombe Schneck - Photo © PATRICE NORMAND/STOCK

Colombe Schneck, « Deux petites bourgeoises » (Stock) : Fleurs immortelles

Colombe Schneck raconte l'amitié entre deux petites filles, qui se poursuivra une vie durant même si la mort de l'une les sépare. Tirage à 10000 exemplaires.

J’achète l’article 1.50 €

Par Olivier Mony,
Créé le 01.05.2021 à 15h00,
Mis à jour le 07.05.2021 à 12h23

La première, c'est Héloïse. La seconde, Esther. Rien ne peut ni ne pourra les séparer. Ce sont les mêmes, et pourtant pas tout à fait. Filles toutes deux des années 1960 et de l'hédonisme de l'époque, elles en jouissent inégalement, l'une plus extravertie, l'autre plus foncièrement réservée. Enfants choyées à tous points de vue de la rive gauche parisienne, de Saint-Germain à Montparnasse, scolarisées à la très courue école alsacienne, père notaire pour l'une, médecin pour l'autre, ce sont donc deux petites (grandes ?) bourgeoises. Seulement, leur histoire familiale diffère très sensiblement. L'une est issue d'une lignée conservatrice catholique française, l'autre d'une famille juive originaire d'Europe centrale décimée par la Shoah. Qu'à cela ne tienne, l'endogamie sociale peut bien s'en mêler, Esther et Héloïse s'aiment d'amitié comme les enfants le font : dans l'éblouissante et donc complémentaire vérité intime de chacune. Une amitié que ni les années ni leurs choix de vie parfois différents ne viendront altérer. Les deux prennent chez l'autre ce qu'elles n'ont pas et partagent le reste. Il y aura donc les études, les garçons, les vacances dans de grands hôtels ou à Porquerolles et sur l'île du Levant, plus tard les maris, les virées shopping, les déjeuners, les secrets murmurés, et toujours une bienveillance portée à l'autre, une absence de jugement. Ce sont des filles gâtées (mais jamais pourries) et qui le resteront jusqu'à ce que, à l'aube de la cinquantaine, Héloïse contracte un cancer qui l'emportera en quelques mois...

Avec Deux petites bourgeoises, Colombe Schneck poursuit son charmant (au sens fort du terme) vagabondage autobiographique et littéraire dans la lignée des merveilleux Val de Grâce (Stock, 2008) ou La réparation (Grasset, 2012). Difficile de ne pas en appeler à nouveau à cette satanée « petite musique » que l'on prêtait à Françoise Sagan ; mais oui, vraiment, il y a une petite musique Schneck et elle s'avère presque chaque fois plus précieuse. L'auteure a l'élégance, pour ne pas dire la politesse, de ne jamais écrire plus fort, plus haut que de là où elle se tient. C'est-à-dire ? À l'intersection d'elle-même, de sa vie, de celle des siens, dans une discrétion moins minimaliste que profondément mélodique. Ici, deux filles dans un bateau. L'une tombe à l'eau. Que croyez-vous que fasse l'autre ? Ce qu'elle peut. Écrire. Un tombeau pour la disparue, mais pas pour leur amitié qui est comme ces fleurs que l'on dit immortelles...

Colombe Schneck
Deux petites bourgeoises
Stock
Tirage: 10 000 ex.
Prix: 18,5 € ; 180 p.
ISBN: 9782234090101

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités