Prix littéraire

Colum McCann et Daniel Mendelsohn, lauréats du prix du meilleur livre étranger 2020

Colum McCann - Photo PATRICE NORMAND/OPALE/LEEMAG/ BELFOND

Colum McCann et Daniel Mendelsohn, lauréats du prix du meilleur livre étranger 2020

Le roman Apeirogon (Belfond) et l'essai Trois Anneaux (Flammarion) ont conquis le jury des prix du meilleur livre étranger, qui reporte sa traditionnelle soirée. 

Par Thomas Faidherbe,
Créé le 26.11.2020 à 15h53,
Mis à jour le 26.11.2020 à 16h00

Le jury du prix du meilleur livre étranger a dévoilé ses deux lauréats le 26 novembre. 

Dans la catégorie roman, Apeirogon de Colum McCann, paru chez Belfond en août et traduit de l’irlandais par Clément Baude, a devancé au cours d’un vote très disputé, Marieke Rijneveld, Qui sème le vent chez Buchet Chastel. Le roman suit un Palestinien et un Israélien, victimes du conflit qui oppose leurs pays. Tous les deux tentent de survivre après la mort de leurs filles, Abir Aramin et Smadar Elhanan. Ensemble, ils créent l'association Combattants for peace et parcourent la planète pour raconter leur histoire et susciter le dialogue. L’ouvrage a reçu le prix Transfuge du meilleur roman anglophone de 2020. L'écrivain irlandais a imaginé une narration singulière où les récits s'entremêlent, ceux du passé comme ceux du présents, ceux périphériques comme ceux qui soutiennent la tragédie intime des deux pères, en collant des textes courts ou longs, formant un puzzle sur la complexité du Proche-Orient.

Le lauréat 2020 succède à L'Ombre d'un père de Christoph Hein (Metaillié), traduit de l'allemand par Nicole Bary. 
 



Dans la catégorie essai, Trois Anneaux de Daniel Mendelsohn, traduit de l'américain par Isabelle D. Taudière, publié en septembre par Flammarion, a remporté les suffrages par 9 voix. Dans cet ouvrage, l'écrivain décrit la période de dépression qu'il a traversée après la parution de son roman Les disparus, suivie d'une renaissance à laquelle a contribué la lecture de l'Odyssée d'Homère. Il y expose sa vision de l'histoire de la littérature depuis les Grecs par le biais de l'étude du procédé littéraire homérique du récit par anneaux, ou par boucles narratives.

"Je remercie vivement les membres du jury de distinguer cette année le très bel essai de Daniel Mendelsohn, dont nous avons la joie et l’honneur de publier l’œuvre en français. Heureux hasard, Trois anneaux célèbre entre autres l’œuvre de Sebald, et notamment Les Anneaux de Saturne, qui a lui-même reçu le Prix du meilleur livre étranger en 1999 ! Ce prix ne nous en est que plus précieux", souligne Maxime Catroux, éditrice de Daniel Mendelsohn.

L’auteur succède à l'essai Le Temps des magiciens (Albin Michel) de Wolfram Eilenberger, traduit de l'allemand par Corina Gepner.  

Le jury du prix littéraire, créé par André Bay, est composé d'Anne Freyer, de Joël Schmidt, Christine Jordis, Gérard de Cortanze, Jean-Claude Lebrun, Alexis Liebaert, Catherine Enjolet, Nathalie Crom, Daniel Arsand, Joelle Losfeld, et Anne-Marie Métailié.

 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités