CPI France investit et réduit ses effectifs

CPI France investit et réduit ses effectifs

L'imprimerie Bussière à Saint-Amand-Montrond © Olivier Dion

CPI France investit et réduit ses effectifs

Le premier groupe d'imprimerie de livres annonce l'achat d'une rotative dédiée aux poches, et de deux presses numériques de grandes capacité.

Par Hervé Hugueny,
avec hh Créé le 15.04.2015 à 21h52

Premier imprimeur de livres monochromes en France, CPI prévoit de “de mettre en oeuvre, à l'horizon de fin 2011, un projet industriel de grande ampleur pour les trois imprimeries de son pôle Cameron”, annonce la direction de CPI France dans un communiqué publié le 21 janvier.

Conquérir des parts de marché

Ce programme passera par “un plan d'investissement sans précédent” dans une rotative et une chaîne de brochage dédiés livre de poche, installés sur le site de Brodard et Taupin, à La Flèche (Sarthe), et dans deux presses numériques de grande capacité qui fonctionneront chez Bussière, à Saint-Amand Montrond (Cher), dont les locaux seront regroupés.

Tout en restant très présent sur les grands best-sellers, “le groupe a décidé de conquérir des parts de marché en se dotant d'un outil industriel dédié aux courts tirages, qui constituent une demande croissante. Il souhaite aussi redéployer ses positions sur le livre de poche face à la concurrence étrangère”, ajoute le communiqué.

“Brodard et Taupin a vocation à devenir la référence grands tirages pour la littérature générale et le poche ; pour Bussière, l'ambition est de constituer le plus grand centre d'expertise numérique européen pour les courts et moyens tirages”, pour ces deux secteurs également.

Firmin-Didot est conforté “comme la vitrine internationale du groupe, proche de Paris et de ses clients français ou étrangers, en matière d'impression de littérature, “de 1 à 1 million d'exemplaires””, précise CPI.

40 postes créés et 120 supprimés

Si cette réorganisation se traduira par la création de 40 postes chez Brodard et Firmin-Didot, elle entraînera néanmoins “120 à 150 suppressions de postes chez Bussière”.

“La priorité serait donnée à l'accompagnement des salariés dans leurs projets professionnels et personnels et à l'aménagement des fins de carrière, sur la base d'un accord spécifique à négocier avec les organisations syndicales. Le calendrier de mise en oeuvre laisse le temps de trouver des solutions”, ajoute CPI, qui assure faire “le choix de la transparence et de l'anticipation”, pour “former dès aujourd'hui les salariés aux métiers de demain, favoriser les mouvements internes entre métiers et entre sites”.

CPI a récemment fait l'objet d'une profonde réorganisation financière : les banques ont accepté d'abandonner une partie de la dette qu'elles détenaient et que le groupe ne pouvait de toute façon plus honorer, en échange de la reprise complète du capital auquel les actionnaires ont renoncé.

CPI en était à son deuxième rachat par des groupes financiers, qui avaient peu investi et lourdement endetté l'entreprise.
15.04 2015

Les dernières
actualités