Cyril Pedrosa récompensé par le prix Le Point de la BD 2011

Cyril Pedrosa récompensé par le prix Le Point de la BD 2011

Extrait de la BD de Cyril Pedrosa

Cyril Pedrosa récompensé par le prix Le Point de la BD 2011

Portugal, paru chez Dupuis en septembre, est un récit introspectif croisé à un retour aux sources.

Par Vincy Thomas,
avec vt Créé le 23.01.2014 à 10h55

Portugal, la bande dessinée de Cyril Pedrosa (Les coeurs solitaires, Auto bio, Trois ombres) publiée par Dupuis dans la collection Aire Libre en septembre dernier, a reçu le prix Le Point de la BD 2011.

Ce prix récompense la meilleure bande dessinée parue entre le 25 octobre 2010 et le 24 octobre 2011. Il a déjà été décerné à des auteurs comme Riad Sattouf, Nicolas de Crécy, Pascal Rabaté ou Marguerite Aboué. Le jury était présidé par Georges Wolinski, et composé d'Albert Algoud, Romain Brethes, Florence Cestac, Jacques Dupont, Lucie Durbiano, Jul, Marie-Françoise Leclère, Christophe Ono-dit-Biot, Albert Sebag et Bastien Vivès.

Le prix lui sera remis au festival Quai des Bulles de St Malo, vendredi 28 octobre.

Pedrosa évoque sur 254 pages une période de sa vie où il se remet en question, sous la forme d'un récit intérieur, redécouvrant ses racines portugaises. "J'avais 33 ans en mai 2006 lorsque je suis allé au Portugal,à l'invitation du Festival de Bande dessinée de Sobreda, un petit festival près de l'océan, dans les faubourgs de Lisbonne" explique-t-il dans le dossier de presse. Cela faisait 23 ans qu'il n'était pas retourné dans le pays de son grand-père. "Je serais incapable de trouver les mots justes pour décrire le flot d'émotions et de sentiments mélangés ressentis lors de ce séjour, comme je pourrais difficilement expliquer pourquoi je me suis tenu si longtemps à distance de ce pays. Mais à mon retour, dès l'embarquement dans l'avion, je savais que j'en ferai un livre." Poétique et même parfois allégorique, son album se dessine comme une chronique familiale où les souvenirs d'enfance envahissent des personnages qui ont vu le temps filer trop vite.

_______
Voir aussi l'avant-critique de Fabrice Piault parue dans Livres Hebdo n° 876, 9 septembre 2011, p.71


Les dernières
actualités