Cinéma

Dans les salles: La French, Les héritiers, Retour à Ithaque et Paddington

de gauche à droite : La French, Retour à Ithaque et Paddington

Dans les salles: La French, Les héritiers, Retour à Ithaque et Paddington

Assassinats, témoignages et tendresse: les adaptations en salle cette semaine nous entraînent sur les pas du juge Michel, d'une prof de banlieue, des exilés de Cuba et d'un ours pas comme les autres.

J’achète l’article 1.50 €

Par Marie-Christine Imbault,
Créé le 02.12.2014 à 17h38,
Mis à jour le 02.12.2014 à 18h00

La French de Cédric Jimenez réunit deux grands comédiens français à l’affiche, l'oscarisé Jean Dujardin et son complice des Infidèles Gilles Lellouche, pour interpréter Pierre Michel, juge du grand banditisme à Marseille à partir de 1975, et Gaëtan Zampa, parrain intouchable, dans un face à face qui va durer six ans.
 
Deux nouveautés reviennent sur cette période qui se clôt sur l’assassinat du juge Michel. Thierry Colombié, dans La mort du juge Michel : contre-enquête sur l'assassinat d'un incorruptible à La Martinière, se focalise sur la dernière année de sa vie et sur la préparation de son assassinat.
 
Éric Pelletier et Jean-Marie Pontaut enquêtent sur l’assassinat et toute l'organisation criminelle marseillaise de la French connection, entre trafic de drogue, rivalité et loi du silence, dans Qui a tué le juge Michel? chez Michel Lafon.
 
Autre histoire vraie, Les héritiers, de Marie-Castille Mention-Schaar est l’adaptation du livre d’Ahmed Dramé, Nous sommes tous des exceptions  (Fayard), dans lequel cet ancien élève du lycée Léon Blum de Créteil témoigne sur le rôle de sa professeure principale, incarnée ici par la césarisée Ariane Ascaride, qui a inscrit la classe au concours national de la Résistance et de la Déportation.
 
Dans Retour à Ithaque de Laurent Cantet (Palme d'or pour Entre les murs), Fernando Terry est de retour à Cuba après dix-huit ans d'exil. Il est à la recherche d'un manuscrit de José Maria Heredia et découvre la similitude des destins du poète et de son fils avec le sien, trois vies marquées par l'exil et les trahisons. L'intrigue est tirée du roman Le Palmier et l'Étoile du cubain Leonardo Fuentes Padura, co-scénariste du film, traduit en août dernier chez Métailié (où il a publié neuf autres livres).
 
La seule histoire totalement imaginaire et loufoque de la semaine reste celle de Paddington, de Paul King. Icône en Angleterre, ce personnage créé en 1958 par Michael Bond, et doublé en français par la voix de Guillaume Gallienne, est désormais totalement familier. Produit par Harry Potter, ce film familial mélange prises de vues réelles et images animées de synthèse. Nicole Kidman y joue les méchantes empailleuses dans cet hymne à l'adoption.
L’histoire de l’ours péruvien illustrée par Peggy Fortnum est publiée chez Michel Lafon, qui a déjà fait paraître quatre titres et en annonce quatre autres d’ici février (Paddington explorateur, Paddington n'en fait qu'à sa tête, Les bêtises de Paddington et Paddington donne un coup de patte).
Les ouvrages ont été traduits dans une qurantaine de langues et vendus à plus de 35 millions d'exemplaires.





Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités