De faux livres vendus sur Amazon pour blanchir de l'argent | Livres Hebdo

Par Pierre Georges, le 05.03.2018 à 16h39 (mis à jour le 05.03.2018 à 17h27) Fraude

De faux livres vendus sur Amazon pour blanchir de l'argent

La page de vente de "Lower Days Ahead", retirée depuis d'Amazon.com - Photo © AMAZON

Mettre en vente, puis acheter (très chers) des livres factices: voilà le principe d'une arnaque qui sévirait sur Createspace, filière auto-édition d'Amazon. 

La manipulation a été repérée fin février par KrebsonSecurity.com, un site spécialisé sur les failles de sécurité informatiques. Depuis plusieurs mois, Createspace, le programme d'impression à la demande d'ouvrages auto-édités, et filiale d'Amazon, serait utilisé par des criminels pour blanchir de l'argent ou dissimuler des fraudes. 

Le principe: en mettant en vente des livres factices à prix d'or, puis en les achetant eux-mêmes, le ou les personnes à l'origine de l'escroquerie touchent ainsi, légalement, les revenus engendrés. 

Faux livre et vraies ventes

L'alerte est venue d'un auteur, Patrick Reames, qui a reçu un énigmatique formulaire d'Amazon lui indiquant que les ventes de son ouvrage Lower Days Ahead, publié le 7 octobre 2017, avaient atteint les 24000 dollars sur la plateforme d'auto-édition. Seul problème: le livre en question n'a jamais existé. 

A y regarder de plus près, il s'agit en fait d'un recueil de phrases sans aucun sens, générées automatiquement par un programme informatique. Et pourtant, l'ouvrage, proposé à 555 dollars pièce, a été acheté près de 60 fois. Lundi 5 mars, il avait été retiré des ventes sur Amazon.com. Aucune mention non plus de Patrick Reames sur les autres plateformes d'auto-édition type Kobo. En revanche, de rapides recherches confirment que Lower Days Ahead a bien été mis en vente sur Booktopia, le site d'un libraire australien, sur Scheltema, aux Pays-Bas, ou encore sur le site britannique Blackwell's

"Mes livres sont très peu susceptibles de se vendre par eux-mêmes, et encore moins de se vendre à suffisamment d'exemplaires pour générer ce niveau de revenus", précise Patrick Reames, auteur d'ouvrages scientifiques sur les énergies, à KrebsonSecurity. Il explique aussi que les arnaqueurs s'étaient en fait procuré son numéro de sécurité sociale, leur permettant pendant des mois de ne pas attirer l'attention du géant américain du e-commerce. 

Des centaines de livres impliqués ? 

D'après Patrick Reames, le trafic serait de plus grande ampleur. Il poursuit: "J'ai passé en revue de nombreux titres de Createspace et il est clair pour moi qu'il pourrait y avoir des centaines, sinon des milliers, d'autres livres frauduleux sur leur site. Des livres qui ne contiennent pas de réels contenus, juste des dizaines de pages de charabia et de textes générés par ordinateur". KrebsonSecurity a ainsi repéré des noms d'auteurs suspects dont la recherche sur Createspace renvoie vers des dizaines de livres aux titres étrangement similaires et vendus à des prix variant de 1 à 320 dollars, sans raison apparente. 

"Nous avons des politiques et des mesures de sécurité en place pour aider à protéger [nos clients]", a simplement répondu Amazon dans un communiqué. "Chaque fois que nous prenons conscience d'actions comme celles que vous décrivez, nous prenons des mesures pour les arrêter".
close

S’abonner à #La Lettre