Disparition

La professeure, nouvelliste et romancière américaine d’origine indienne, Bharati Mukherjee, est décédée samedi 28 janvier à l’âge de 76 ans à Manhattan, aux Etats-Unis. Trois de ses romans ont été traduits en France chez Gallimard.

Née le 27 juillet 1940 dans une famille fortunée de la ville de Calcutta, Bharati Mukherjee s’installa avec sa famille en Europe après l’indépendance de l’Inde et du Pakistan, en 1947. Elle fut diplômée d'un Master de l'Université de Baroda, située à l'Ouest de l'Inde, en 1961, et d'un doctorat de littérature comparée de l'Université de l'Iowa, aux Etats-Unis, en 1969.

Naturalisée en 1988 comme citoyenne américaine, Bharati Mukherjee fut couronnée la même année par le National Book Critics Circle Award dans la catégorie fiction, pour son recueil de nouvelles The Middleman and Other Stories paru chez Grove Press. Elle enseigna également l'anglais dans différents établissements, tels l'Université de la ville de New York ou l'Université McGill à Montréal.

Trois romans traduits en France

Son roman Jasmine est paru en France chez Alinéa en 1992 dans une traduction de Martine Bequié et Anne-Marie Augustyniak (il fut édité en poche chez Folio en 1995). Il raconte l’itinéraire plein d’embûches d'une jeune Indienne issue du Penjab, qui s’oppose à l’état de soumission imposé aux femmes, et prend la fuite vers les Etats-Unis.

Gallimard édita Le Conquérant du monde en 1995, traduit par Patrice Repusseau, et Les Déshérités en 2000, traduit par Claude Demanuelli.

Au total elle a écrit huit romans, quatre recueils de nouvelles, ses Mémoires et trois essais sur l'Inde.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités