Diversification

Avant l'été, le groupe Delcourt a acquis Marchialy, petite maison à la forte légitimité en « narrative non fiction ». Cet achat parachève un mouvement d'ouverture à la littérature générale initié il y a trois ans avec la création de Delcourt littérature. « Delcourt œuvre depuis longtemps à élargir les horizons de la bande dessinée et aujourd'hui, alors que les généralistes se sont lancés dans le 9e art, il était logique pour nous de nous ouvrir à la littérature. », explique Guy Delcourt, président du groupe.

Lorsqu'en 2016, il réfléchit à élargir le champ des possibles, il hésite entre un rachat et un recrutement d'un éditeur expérimenté, « pour ne pas démarrer en amateur ». Il embauche Emmanuelle Heurtebize, passée par 10/18 et le domaine étranger de Stock, qui publie ses premiers titres en 2018. Elle attire Kevin Powers jusqu'alors publié chez Stock (L'écho du temps paraîtra le 9 octobre), édite le premier livre jeunesse de Michel Bussi et Au loin d'Hernán Díaz, prix America 2018. En juin 2018, le groupe accueille un nouvel actionnaire, Florac Investissements, et cette ouverture à la littérature est identifiée comme « un axe majeur de la maison », souligne Guy Delcourt. Il ne choisit pas au hasard, début 2019, sa nouvelle directrice générale, Anne-France Hubau, au profil très littérature générale puisqu'elle était alors directrice du Cherche-midi et de Sonatine. Cette dernière a travaillé chez Sonatine avec la cofondatrice de Marchialy, Clémence Billault, et savait « qu'ils voulaient passer à la vitesse supérieure ce qui n'était possible que s'ils s'adossaient à un groupe ». Au même moment Delcourt annonce l'arrivée de Sandrine Thévenet, venue de chez Liana Levi et Lola Nicolle, de l'Iconoclaste. « Elles projetaient de créer une maison et l'idée d'intégrer ce collectif au sein de Delcourt les a séduites » explique Anne-France Hubau. Spécialisée en littérature française, la maison s'appellera Les avrils et publiera ses premiers titres en avril 2020.

Chacune des trois branches littéraires publiera 8 à 10 titres par an, diffusés par Hachette (Marchialy quittera Harmonia Mundi en février). Elles s'appuient sur les services généraux du groupe tout en conservant leur autonomie éditoriale. « L'autonomie est d'autant plus forte qu'il n'y a pas de compétence substituable dans le groupe », ajoute Guy Delcourt, qui se réjouit des passerelles qui pourront néanmoins se faire avec la bande dessinée.

Anne-Laure Walter


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités