Disparition

Dernier voyage pour la poétesse Maya Angelou

Maya Angelou en 2006. - Photo © TED COLLINS

Dernier voyage pour la poétesse Maya Angelou

L’écrivaine et poétesse américaine Maya Angelou est morte mercredi 28 mai au matin, selon des sources concordantes. Elle s’était notamment illustrée par son engagement au sein du Mouvement des droits civiques aux côtés de Malcolm X et Martin Luther King Jr.

J’achète l’article 1.50 €

Par François Oulac,
Créé le 28.05.2014 à 17h55,
Mis à jour le 28.05.2014 à 18h14

La poétesse américaine Maya Angelou est morte mercredi 28 mai. Son autobiographie Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage, traduite en 1990 chez Belfond, disponible aujourd’hui aux Allusifs, l’avait rendue célèbre un peu partout dans le monde.

Née en 1928 à St Louis, dans l’Etat du Missouri, Maya Angelou (né Marguerite Ann Johnson) est la fille cadette de Bailey et Vivian Johnson, qui divorcent trois ans après sa naissance. Elle et son grand frère, Bailey Jr. passent leur enfance entre la maison de leur grand-mère maternelle, dans l’Arkansas, et les domiciles de leurs parents séparés. A huit ans, Maya Angelou est agressée sexuellement par le nouveau conjoint de sa mère lors d’un séjour chez celle-ci. Elle perd l'usage de la parole pendant plusieurs années, mais développe un goût pour la littérature.

Adolescente, elle enchaîne les petits jobs, tour à tour conductrice de tramway, cuisinière, proxénète et prostituée. En parallèle de ses études, elle apprend la danse et l’art dramatique à la California Labor School. A 17 ans, elle donne naissance à son premier fils, Clyde.

Activisme

Dans les années 50, elle danse et chante à New York et San Francisco et sort un disque de calypso, tout en poursuivant ses aspirations littéraires. En 1959 elle rejoint la Harlem Writers Guild où elle côtoie des figures de la littérature afro-américaine: John Henrik Clarke, Rosa Guy, Paule Marshall ou Julian Mayfield. Elle est publiée pour la première fois. C’est sa rencontre avec Martin Luther King Jr., un an plus tard, qui la décide à se lancer dans l’activisme en faveur des droits civiques et contre l’apartheid. Elle soutiendra aussi Fidel Castro.

Dans les années 60, elle voyage en Afrique où elle devient amie avec Malcolm X et en Europe, elle joue au théâtre, réalise des documentaires. De retour aux Etats-Unis en 1965, elle se rapproche de Martin Luther King Jr., dont l’assassinat en 1968 la plonge dans un profond désarroi. Plus tard la même année, elle publie sa première autobiographie, Je sais pourquoi chante l'oiseau en cage (Les Allusifs). Les Allusifs ont également traduit plusieurs autres ouvrages de Maya Angelou, dont Tant que je serai noire et Un billet d’avion pour l’Afrique, tandis que Buchet-Chastel annonce pour la rentrée Lady B dans lequel la poétesse revient sur ses relations avec sa mère.

Maya Angelou s’est éteinte chez elle au matin, dans sa maison de Winston-Salem, en Caroline du Nord, à l'âge de 86 ans.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités