BD/France 13 mai Alex W. Inker

Après le Paris de la belle époque (Apache, 2016), le monde de la boxe (Panama Al Brown, 2017) ou la Chine maoiste (Servir le peuple, 2018), Alex W. Inker plonge dans l'Amérique de Steinbeck en adaptant un roman de Virginia Reeves (Stock, 2016) qui fait écho à l'œuvre du grand écrivain américain. Plonge : le mot n'est pas trop fort. Comme pour chacune de ses œuvres, le jeune et talentueux auteur, né en 1986 dans l'Avesnois et formé à l'Institut Saint-Luc de Bruxelles, s'empare de son sujet avec une fascinante capacité à restituer, comme de l'intérieur, en effaçant le temps, l'ambiance graphique de l'époque.

Dans l'Alabama des années 1920, Roscoe T. Martin est obsédé par la fée électricité, dont il a embrassé la cause avec enthousiasme jusqu'à en faire son métier. Mais voilà que la fille qu'il rencontre et qu'il épouse, Marie, avec laquelle il partage le goût des livres, hérite de la ferme de son père. Elle éprouve pour elle un attachement profond. Pas lui. Voilà le jeune homme épris de modernité contraint de patauger dans la glèbe. Quelques années et un enfant plus tard, la petite exploitation familiale bat de l'aile et le couple avec.

Roscoe, de plus en plus porté sur la bouteille, ne parvient pas à joindre les deux bouts malgré le soutien de Wilson, son métayer noir. Aussi, avec l'aide de Wilson, a-t-il l'idée d'améliorer la productivité de sa ferme en la branchant illégalement sur la ligne électrique de l'Alabama Power, qui passe à proximité. La fée commence par tenir ses promesses, avant de perdre toute magie lorsque le branchement de Roscoe provoque un accident spectaculaire et tragique. Le jeune homme se retrouve au pénitencier, et pour longtemps.

Au cœur de l'ouvrage, le récit de ses années d'enfermement, que Roscoe traversera grâce à sa connaissance des livres et à son expertise des chiens, fait ressortir à travers une poignée de personnages - codétenu violent, gardien manipulateur, maitre-chien concentré sur les chasses à l'homme qu'il organise pour ramener derrière les murs les prisonniers évadés... - la détresse et la misère psychologique de cette Amérique des champs de coton. Alex W. Inker la restitue de son trait rond qui donne de l'épaisseur à ses personnages, et avec les techniques qui ont fait sa marque de fabrique : économie de couleurs, utilisation de trames... Les planches aux teintes sourdes de Un travail comme un autre évoquent celles des dessinateurs américains des années 1920 tel le Martin Branner de Bicot et donnent envie de s'y replonger.

Alex W. Inker
Un travail comme un autre - D'après le roman de Virginia Reeves
Sarbacane
Tirage: 9 000 ex.
Prix: 28 euros, 184 p.
ISBN: 9782377314027





Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités