Procès

Le tribunal de grande instance de Paris a condamné la société Riviera Mediainvest à régler 52 700 euros aux enfants et à la veuve de François Cavanna pour avoir édité de janvier à juillet 2016 un magazine intitulé Hara Kari, plagiat du célèbre titre satirique publié de 1960 à 1970. Basée à Londres et contrôlée par une direction française, Riviera Mediainvest a invoqué que François Cavanna avait consenti à la publication de livres reprenant les couvertures d’Hara Kiri (chez Hoëbeke), mais n’a elle-même sollicité aucune autorisation des ayants droit, défendus par Me Anne Boissard. Le plagiat a généré 133 519 euros de chiffre d’affaires, selon le tribunal. H. H.

25.11 2016

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités