Doris Lessing dans le paysage éditorial français

Doris Lessing dans le paysage éditorial français

Doris Lessing

Doris Lessing dans le paysage éditorial français

La majeure partie de l’œuvre de Doris Lessing, lauréate du prix Nobel de littérature 2007, a été publiée en France à partir de 1976. C’est Albin Michel qui, jusqu’en 1997, a publié ses titres majeurs. Depuis 2000, Flammarion a pris le relais.

Par Nicolas Verry,
avec nv Créé le 15.04.2015 à 22h43

Une semaine après son Nobel, Albin Michel et Flammarion sortent le grand jeu pour faire découvrir ou redécouvrir une oeuvre riche et variée. A l’occasion du prix Nobel, Albin Michel republie, avec de nouvelles couvertures, Le carnet d’or (160 000 exemplaires vendus toutes éditions confondues), les trois volumes du cycle « Les enfants de la violence » (140 000 vendus pour l’ensemble de la série), les deux volets du cycle « Les carnets de James Somers » et les deux volumes de l’autobiographie (vendus à 35 000 exemplaires). Flammarion réimprime tous les livres parus chez l'éditeur, notamment 30 000 exemplaires des Grands-mères en format poche et 15 000 exemplaires du plus récent ouvrage, Un enfant de l'amour.

Un premier roman non disponible

Le premier livre de Doris Lessing à avoir été traduit en France : Vaincue par la brousse, est paru chez Plon en 1953 (et chez 10-18 en 1990) ; aucune édition n’est disponible aujourd’hui de ce roman racontant le meurtre d’une femme blanche par son domestique noir.
Mais c’est en 1976 qu’éclata la notoriété du prix Nobel de littérature 2007 avec Le carnet d’or (prix Médicis étranger) et qu’elle entama une collaboration avec Albin Michel qui allait durer jusqu’en 1997, représentant une page importante de la vie et du catalogue de l’éditeur. Et c’est Marianne Véron qui a fourni la traduction de la quasi-totalité des titres publiés dans la collection « Grandes traductions » d’Albin Michel. Les parutions se succèdent alors, avec en 1978 le cycle « Les enfants de la violence », dont le tome 1 réunit Martha Quest et Un mariage comme il faut, suivi en 1979 du tome 2 : L’écho lointain de l’orage et en 1981 du tome 3 : La cité promise.
En 1980 paraît le premier tome de ses Nouvelles africaines, dont le tome 2, La madone noire, paraîtra en 1988. Ces deux titres sont repris au Livre de poche (LGF) en 1988 et 1990, qui les réédite en 2005 dans la collection « Biblio » en trois volumes : Le soleil se lève sur le veld, L’hiver en juillet et La madone noire.

Une incartade dans la science-fiction et au Seuil


L’année 1981 voit se produire une incartade en dehors d’Albin Michel avec Shikasta, le premier tome d’un roman de science-fiction, Canopus dans Argo, qui sort au Seuil (le tome 2, Mariages entre les zones trois, quatre et cinq, paraît en 1983). Sort la même année Un homme et deux femmes chez 10-18, en « Domaine étranger ».
Retour chez Albin Michel en 1982 avec Mémoires d’une survivante (repris par LGF en 1996), puis en 1983 avec Les chats en particulier (chez LGF dès 1986). En 1984 paraît le premier volet des « Carnets de Jane Somers », Journal d’une voisine (LGF, 1987), et en 1985 le deuxième volet : Si vieillesse pouvait (LGF, 1988) – Jane Somers étant un pseudonyme utilisé par Doris Lessing.
Suivront en 1986 : La terroriste (LGF, 1997) ; en 1988 : Descente aux enfers (LGF, 1991) ; en 1990 : Le cinquième enfant (LGF, 1993) ; puis des nouvelles, avec en 1992 : L’habitude d’aimer (LGF, 1994) et en 1993 : Notre amie Judith (LGF, 1995) et Rire d’Afrique : voyage au Zimbabwe, traduit par Pierre-Emmanuel Dauzat (10-18, 1995, épuisé).
En 1995 paraît le premier volume de son autobiographie, Dans ma peau, 1919-1949 (LGF, 1997), dont la suite : La marche dans l’ombre, 1949-1962, sort en 1998 (LGF, 2001). La traduction est d’Anne Rabinovitch, ainsi que pour L’amour, encore, un roman situé dans la France du XIXe siècle paru en 1996 (LGF, 1998).
Les derniers textes parus chez Albin Michel sont les Nouvelles de Londres, traduites par Anne Rabinovitch (LGF, 1999).

Transfert chez Teresa Cremisi

En 2000 Flammarion – et Teresa Cremisi – récupèrent la future nobelisée et publient Le monde de Ben (traduit par Marianne Véron), puis Mara et Dann en 2001 (traduit par Isabelle D. Philippe, ainsi que les suivants), Le rêve le plus doux en 2003. Un recueil de quatre nouvelles se voit divisé en quatre romans. Les grand-mères en 2005 (J’ai lu, 2007) et la deuxième partie, Un enfant de l’amour, qui vient de paraître lors de la dernière rentrée littéraire.
Quel sera le prochain livre de Doris Lessing à paraître en France ? Il reste à traduire la suite du recueil mais aussi The Cleft, paru plus tôt dans l'année en Grande Bretagne. Mais la romancière finissait de corriger un roman qu’elle achevait juste et dont elle remete cette semaine le manuscrit à son agent. A ce jour son éditeur chez Flammarion n’a pas tranché, mais il réfléchit à l’idée d’attendre un an ou plus pour publier cette grande fresque historique, à la hauteur d’un prix Nobel de littérature.

Les dernières
actualités