Echanges tendus entre la SGDL et Livre Paris | Livres Hebdo

Par Pierre Georges, le 05.03.2018 à 17h52 (mis à jour le 06.03.2018 à 16h41) Rémunération des auteurs

Echanges tendus entre la SGDL et Livre Paris

Photo OLIVIER DION

La Société des gens de lettres (SGDL) demande, à quelques jours du début de Livre Paris, à ce que tous les auteurs présents soient rémunérés.

A 11 jours du début du salon Livre Paris 2018, une polémique autour de la rémunération, ou non, des auteurs sur le salon agite la toile, autour du hashtag #payetonauteur. Quand, sur les réseaux sociaux, certains auteurs s'indignent de ne toujours être pas rémunérés pour leurs interventions, les instances du monde du livre se répondent par communiqués interposés. Ce mouvement viral avait été initié par la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse et le SNAC BD.

"Malgré des demandes réitérées auprès du SNE et de Reed Expositions, la SGDL constate que malheureusement Livre Paris ne rémunère toujours pas les auteurs qu'il invite à intervenir sur ses différentes scènes", fait savoir la Société des gens de lettres (SGDL), dans un communiqué envoyé lundi 5 mars. "Il est inadmissible que les auteurs continuent d'assurer bénévolement l'animation de Livres Paris", ajoute la SGDL qui demande "instamment au SNE et à Reed Expositions d'adopter, comme tous les grands salons du livre en France, le principe d'une rémunération de tous les auteurs pour les interventions réalisées à l'initiative de Livre Paris". 

En cause, la volonté de la part de l'organisation du salon de ne pas rémunérer les auteurs durant les séances de dédicaces et les "temps de promotion de l'auteur pour ses livres". "Quand le temps de l'auteur sera-t-il enfin respecté ? Quand aura-t-il un prix ? Quand la dimension économique de l'auteur cessera-t-elle d'être occultée ?", se demande la SGDL, appuyé par le Centre National du Livre (CNL), la Sofia et les Centres régionaux du livre (CRL). 

Le salon se défend 

Face à la polémique qui agitait ces dernières heures les réseaux sociaux, l'organisation de Livre Paris a sobrement répondu, via son compte Twitter, que "tous les auteurs et artistes intervenant sur l'ensemble des scènes du salon, hors situation de promotion de leurs ouvrages ou de dédicace, sont rémunérés". 
 
La direction de Livre Paris et le Syndicat national de l'édition (SNE), créateur du salon en 1981, s'étonnent même de cette polémique et ont souhaité "rappeler leurs engagements", dans un communiqué publié lundi 5 mars en fin de journée. "L'engagement a été pris de rémunérer tous les auteurs et artistes intervenant sur l'ensemble des scènes du salon, hors situation de promotion de leurs ouvrages ou de dédicace. Ce dispositif a été élargi en 2018 aux nouvelles scènes du salon, notamment la scène Young Adult", y est-il indiqué.
close

S’abonner à #La Lettre