Forum SGDL

Vincent Montagne : "Le modèle historique de la rémunération des auteurs va changer"

Olivier Dion

Vincent Montagne : "Le modèle historique de la rémunération des auteurs va changer"

Invité, mardi 21 octobre au forum de la Société des gens de lettres sur la rémunération des auteurs, le président du Syndicat national de l'édition a estimé que celle-ci devra à l'avenir être assise sur "d'autres formes de partage".

J’achète l’article 1.50 €

Par Hervé Hugueny,
Créé le 21.10.2014 à 18h55,
Mis à jour le 21.10.2014 à 21h00

Préoccupés par la baisse des revenus de ses adhérents, la Société des gens de lettres (SGDL) organise son forum annuel sur le thème de la rémunération des auteurs, les 21 et 22 octobre à Paris. Parmi les intervenants invités du premier jour, Vincent Montagne, président du Syndicat national de l'édition (SNE) a prévenu au détour d'un entretien avec Marie Sellier, présidente de la SGDL, que "le modèle historique de la rémunération des auteurs va changer". Sans entrer dans les détails, il a fait allusion à la baisse progressive des recettes au pourcentage venant de la vente de livres imprimés, et à l'apparition d'autres sources de droits liées aux ventes numériques, notamment via des abonnements, voire de la publicité.

"Il faudra assoir la rémunération sur d'autres formes de partage", prévoit Vincent Montagne, par ailleurs P-DG du groupe Média Participations, puissant dans l'édition de bande dessinée et de livres pour la jeunesse, et l'un des premiers à tester la diffusion numérique via des sites de lecture sur abonnement.

Pour le reste, le président du SNE n'a pas pris d'engagement dans ses réponses aux interrogations mesurées de Marie Sellier ("peut-on négocier son contrat, et discuter sa rémunération ?", demandait la présidente de la SGDL), auteure jeunesse bien au fait du rapport de force et de la situation des auteurs, pour lesquels il "est de plus en plus difficile de vivre de sa plume", a-t-elle pointé.

L'éditeur raisonne plutôt en économie globale de l'entreprise, que Vincent Montagne s'est efforcé d'expliquer : le pourcentage des droits, qui peut sembler très bas, est en fait à calculer sur l'ensemble du catalogue, en prenant notamment en compte les titres qui ne se vendent pas, et sur lesquels des à-valoir ont néanmoins été versés. Au total, vu d'une maison d'édition, la proportion des droits est souvent du double de ce qui est formulé sur les contrats individuels. Au nom des ces incertitudes, le président du SNE a jugé que le système allemand, qui prévoit un taux minimum sur certains types d'ouvrage, n'est pas judicieux, pas plus que le serait un partage à parts égales des droits numériques, ou un montant fixe pour compenser la baisse des recettes formulées en pourcentage d'un prix de vente numérique inférieur de 20 à 30 % à ceux du papier.

En numérique, les lecteurs veulent des prix plus bas, c'est inéluctable, a rappelé Vincent Montagne, alors qu'aucun éditeur ne rentre dans ses frais pour le moment a-t-il assuré. "Nous sommes sur un marché en devenir, laissons les expérimentations se faire, a-t-il demandé. Tout évolue vite".

Commentaires (1)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
D

Dartagnan

il y a 5 ans à 15 h 20

En bref : être auteur ne serait pas un métier, puisqu'on remet en cause sa reconnaissance ; le travail d'un auteur est parmi les plus mal "rémunérés" au monde (tous continents confondus) si l'on établit un rapport entre le temps passé à écrire (donc produire, ne nous y trompons pas) et la valeur établie par le milieu éditorial de cette production ; l'auteur est voué à n'être qu'un pur esprit vivant de sa seule reconnaissance - donc forcément en paupérisation croissante ; les lecteurs seront toujours plus taxés (quel autre "partage", si ce n'est le maintien honteux du coût d'un e-book dont la fabrication comme la diffusion ou la vente ne coûtent plus rien, l'augmentation des droits de prêt, l'augmentation du prix du livre, le financement public ou privé externe - rencontres en médiathèques, écoles, établissements supérieurs, librairies... - etc.) ; etc. Joyeux, tout ça.


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités