Vivendi / Lagardère

Editis entre dans le giron d’IMI après l’accord de la Commission européenne

Des salariés devant le siège du groupe Editis, à Paris. - Photo ED

Editis entre dans le giron d’IMI après l’accord de la Commission européenne

La Commission européenne a donné son accord pour l’acquisition d’Editis par IMI, la société d’investissement dans les médias de l’homme d’affaires tchèque Daniel Kretinsky. Denis Olivennes a été confirmé comme président d’Editis, en attendant la nomination d’une direction exécutive.

Par Éric Dupuy,
avec AFP Créé le 01.11.2023 à 10h33 ,
Mis à jour le 01.11.2023 à 15h52

La Commission européenne a annoncé, mardi 31 octobre, avoir donné son aval à l'acquisition par l'homme d'affaires tchèque Daniel Kretinsky du groupe d'édition français Editis, cédé par le groupe Vivendi à sa filiale luxembourgeoise International Media Invest (IMI).

Dans sa notification, la Commission explique que les 25,03% du distributeur Fnac Darty détenus par Daniel Kretinsky, via son groupe Czech Media Invest (CMI), ne posait pas de problème de concurrence.

« Dans les circonstances actuelles »…

La crainte était que la Fnac, enseigne de produits culturels qui se revendique « premier libraire de France », favorise les livres publiés par Editis au détriment de ses rivaux, ou qu'Editis réserve une exclusivité à la Fnac pour vendre ses livres aux consommateurs.

Mais d'une part, estime la gardienne de la concurrence dans l'Union européenne, « la participation minoritaire actuelle de Daniel Kretinsky ne lui confère pas de contrôle sur Fnac Darty », même s'il est premier actionnaire. D'autre part, la société tchèque « ne serait pas incitée financièrement, dans les circonstances actuelles, à restreindre l'accès des livres d'Editis aux concurrents de Fnac Darty dans le secteur de la vente au détail ».

« Ferme intention d’investir »

La décision, attendue depuis quelques semaines, a été saluée par l'homme d'affaires tchèque. « Nous sommes ravis de recevoir l'approbation de la Commission Européenne pour l'acquisition d'Editis », a-t-il exprimé dans un communiqué envoyé peu de temps après l’annonce officielle de la commission.

« Nous avons la ferme intention d’investir pour soutenir la croissance d'Editis et de ses maisons d'édition emblématiques », a-t-il également souligné, confirmant également la nomination de Denis Olivennes en tant que président d'Editis. « Denis apportera son expertise et son leadership à Editis, et je suis convaincu qu'il contribuera de manière significative à notre succès futur », a-t-il conclu.

Lire : Denis Olivennes : « Editis doit être un grand groupe indépendant et libre »

Nouvelle direction générale

Selon nos informations, cette décision ouvre la voie finale au closing financier du dossier de rachat entamé en avril dernier après l’annonce de l’entrée en négociations exclusives entre Vivendi et IMI pour le rachat d’Editis. Cette période devrait durer une dizaine de jours, durant lesquelles une nouvelle direction générale pourrait être nommée.  

Plusieurs noms ont été cités par les observateurs pour reprendre la charge de Michèle Benbunan. Celui qui revient le plus souvent est celui de Catherine Lucet, l’ancienne patronne de la branche éducation du groupe… qui a été démise de ses fonctions l’an dernier. À ce jour, seuls Denis Olivennes et quelques très proches de Daniel Kretinsky peuvent confirmer, ou infirmer, cette potentielle nomination.

LireMichèle Benbunan : « En 4 ans, nous avons fait franchir un cap à Editis »

Les dernières
actualités