Eiko Kadono et Igor Oleynikov récompensés par les prix Hans Christian Andersen 2018 | Livres Hebdo

Par Cécilia Lacour, le 27.03.2018 à 14h03 (mis à jour le 27.03.2018 à 15h00) Jeunesse

Eiko Kadono et Igor Oleynikov récompensés par les prix Hans Christian Andersen 2018

Eiko Kadono et Igor Oleynikov - Photo DR

L'auteure japonaise Eiko Kadono et l'illustrateur russe Igor Oleynikov ont été distingués par le prix Hans Christian Andersen, considéré comme le prix Nobel de littérature jeunesse. Le jury a également récompensé la maison d'édition française Les Doigts qui rêvent.

Le prix Hans Christian Andersen, considéré comme le prix Nobel de littérature jeunesse, a été attribué, lundi 26 mars lors de la Foire du livre de jeunesse de Bologne, à l'auteure japonaise Eiko Kadono dans la catégorie "Écriture" et au dessinateur russe Igor Oleynikov dans la catégorie "Illustration".

Eiko Kadono
 
Née au Japon en 1935, Eiko Kadono est principalement connue pour son roman fantastique Kiki la petite sorcière. Publiée au Japon en 1985, l'œuvre a été adaptée au cinéma par Hayao Miyazaki en 1989 et traduite en France par Jun Vercoutter pour Milan Jeunesse en 2004 (non disponible). L'auteure a également publié à l'École des loisirs Yuta, le petit mécanicien (1988), Docteur Ours et Où est mon trésor ? (1989), ainsi qu'un album chez Nobi Nobi : Bébé arrive (2016).
 
Igor Oleynikov

Né à Moscou en 1953, Igor Oleynikov a débuté sa carrière dans le studio d'animation Soyuzmultfilm avant de rejoindre la littérature jeunesse en 1986. En France, il a notamment illustré Les aventures de Lara au stage poney de Hilde Paeshuys (Chantecler, 2004) et Une surprise pour Pâques de Nancy E. Walker-Guye (Nord-Sud, 2005). Deux titres aujourd'hui indisponibles.
 
Décernés tous les deux ans par l'Union internationale pour les livres de jeunesse (International Board on Books for Young People, IBBY), les prix Hans Christian Andersen récompensent un auteur et un illustrateur jeunesse dont les œuvres représentent "une contribution importante et durable à la littérature jeunesse". Seuls deux Français ont un jour reçu la distinction : l'auteur René Guillot (1964) et le dessinateur Tomi Ungerer (1998).

Les Doigts qui rêvent
 
L'association a également remis son prix IBBY-Asahi Promotion de la lecture à la maison d'édition associative française Les Doigts qui rêvent pour sa production, depuis 1993, d'albums tact-illustrés accessibles aux enfants déficients visuels.     
 
Présidé par Patricia Aldana, le jury de l'édition 2018 du prix était composé Lola Rubio, éditrice et bibliothécaire (Argentine), Yasmine Motawy, professeur de littérature jeunesse (Égypte), Eva Kaliskami, professeure (Grèce), Yasuko Doi, bibliothécaire (Japon), Shereen Kreidieh, éditeur jeunesse (Liban), Danis Beznosov, bibliothécaire (Russie), Andrej Ilc, éditeur (Slovénie), Reina Duarte, éditrice jeunesse (Espagne), Maria Beatriz Madine, professeure et directrice de la Banque du livre (Venezuela), et de Junko Yokto, spécialiste de la littérature jeunesse (Etats-Unis).
close

S’abonner à #La Lettre