Bande dessinée

Entretien avec Régis Grébent, restaurateur d'un Astérix oublié ("Le Menhir d'or")

Extrait de l'album "Le Menhir d'or" (version restaurée) - Photo ALBERT RENÉ

Entretien avec Régis Grébent, restaurateur d'un Astérix oublié ("Le Menhir d'or")

Le Menhir d'or est un livre-disque d'Astérix, paru en 1967. L'aventure est disponible sous forme d'album dès le 21 octobre aux éditions Albert René, il a fallu un long travail de restauration. Rencontre avec celui qui a redonné des couleurs aux dessins d'Albert Uderzo.

J’achète l’article 1.50 €

Par Thomas Faidherbe,
Créé le 21.10.2020 à 15h17,
Mis à jour le 21.10.2020 à 17h01

Les gaulois sont de retour ! Astérix et Obelix sont une nouvelle fois réunis avec la sortie le 21 octobre du Menhir D'or, un opus sorti tout droit d'un livre-disque de 1967. Cet épisode inédit était devenu introuvable. De même, l'enregistrement est téléchargeable gratuitement sur toutes les grandes plateformes de livres audio. Regis Grébent, l'un des membres de l'équipe de restauration, évoque son métier de l'ombre et son travail sur cette adaptation singulière.

Pouvez-vous définir votre métier de restaurateur de bande dessinée ?

Il est multi-facettes. Prenons le travail qui a été fait pour l'album du Menhir d'or. On peut le comparer à la restauration de tableaux ancienx puisque les planches et les dessins d'Albert Uderzo, sur un texte de Goscinny, dataient de 1967. Les illustrations originales n'existent plus. Il a fallu scanner en très haute résolution les illustrations imprimées sur le livret qui accompagne le disque vinyle 33 tours de l'époque. C'est un travail de restauration parce qu'il a fallu reprendre les illustrations et les couleur, ternies par le temps et par la technique d'impression de l'époque. On a rendu aux dessins d'Albert Uderzo leur lustre original de 1967.

Qu'avez-vous du rénover?

Pour réaliser une restauration de BD, il faut procéder étape par étape. Les couleurs sont tramées. Je veux dire par là que ce ne sont pas des aplats de couleurs. On ne part pas d'un document original à la gouache, on ne dispose en fait que d'un document déjà imprimé. La difficulté est là. Il a fallu retoucher les couleurs de chaque illustration, détramer les teintes et rénover le trait noir parce que par endroit il était gris. Détramer ses scans c'est retirer la trame et l'estomper pour avoir des couleurs à plat. Rénover les teintes était nécessaure parce qu'un rouge de l'époque ne sera pas le même que celui des couleurs actuelles d'Asterix. On doit réchauffer et rendre la luminosité des couleurs. Ensuite, il y a le trait noir qu'il faut réhausser et rénover aux endroits où il a souffert. Tout ça en respectant, à l'identique, l'illustration originale. Le style d'Albert Uderzo devait être préservé à 100%.

Vous n'êtes pas seul pour ce travail...

C'est l'expérience de toute une équipe. Thierry Mébarki est le coloriste attitré d'Albert Uderzo depuis 40 ans. Nous travaillons tous les deux depuis cette époque pour Albert. En moyenne, nous sommes 6 personnes dont 4 à temps complet. L'expérience a fait que notre restauration est vraiment conforme à l'illustration originale de 1967.
 

Extrait de l'album "Le Menhir d'or" (version d'origine) - Photo ALBERT RENÉ



Depuis quand travaillez-vous sur cet album?

Nous avons commencé fin 2019, et nous disposons du meilleur de la technique. On est équipés de scanners, de logiciels très performants. Nous n'aurions pas pu faire ça il y a une vingtaine d'années. Cela aurait été laborieux. Maintenant, nous travaillons idéalement. C'est la moindre des choses quand on veut coller à la réalité et au travail de l'artiste, en l'occurence Albert Uderzo, qui était l'un des meilleurs. Il a fallu coller à la réalité. On y est parvenu parce que l'on a mis le temps nécessaire et aussi grâce à notre longue expérience personnelle avec l'auteur. Il faut vraiment connaître son trait et les couleurs à la perfection.

Votre travail est finalement de valoriser le travail d'Albert Uderzo... 

C'est notre rôle de mettre en valeur les dessins du dessinateur et de ne pas le trahir. On l'a fait avec beaucoup d'amour et d'amitié. C'est notre moteur, et nous sommes motivés par l'admiration que l'on avait pour Albert Uderzo.  Ce qu'on voit aujourd'hui dans l'album, c'est exactement ce qu'il y avait dans l'album de 1967. Nous avons toujours considéré que l'on travaillait dans l'ombre. Nous en sommes heureux, surtout quand on collabore avec des auteurs d'une telle importance. Ecrire et dessiner une BD est une charge lourde et nous avons beaucoup d'admiration pour les auteurs.  On a une chance inouïe car nous n'oublions pas que de faire une BD est un travail de forçat.


 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités