France Loisirs : la fin d'un modèle | Livres Hebdo

Par Clarisse Normand, le 14.09.2018 (mis à jour le 14.09.2018 à 16h19) Club

France Loisirs : la fin d'un modèle

La librairie France Loisirs rue Noël-Ballay à Chartres en 2008. - Photo OLIVIER DION

Aujourd'hui en redressement judiciaire, soutenu à bout de bras par son président-actionnaire Adrian Diaconu, qui cherche à le réinventer pour qu'il survive, le club de livres s'était imposé dans les années 1980-1990 au cœur de l'écosystème du livre. Retour sur une belle histoire qui n'en finit pas de finir. _ par Clarisse Normand

Le club est mort, vive le club !, pouvait-on déjà s'exclamer à la fin des années soixante, tandis que la première génération de clubs laissait la place à de nouvelles formules », écrivait Alban Cerisier dans l'ouvrage collectif Où va le livre ?, paru en 2000 à La Dispute. Auteur d'une thèse réalisée en 1996 sur les clubs de livres (1), l'actuel secrétaire général et directeur du développement numé

Lire la suite (15 690 caractères)

S’abonner à livres Hebdo

Débloquez l’accès illimité aux articles et aux archives.

  • Classements et tableaux de bord
  • Meilleures ventes
  • Agenda événements
  • L’annuaire éditeurs & diffuseurs
  • Et plus encore...
je m’abonne

Acheter l’article [1,50€]

Il sera archivé et listé avec vos précédents achats depuis votre compte Livres Hebdo.

  • La version pdf et imprimable
  • L’accès aux documents annexes
  • L’archive disponible à vie
j’achète l’article

Sur les mêmes thèmes (30 articles)

close

S’abonner à #La Lettre