Génie de la lampe et génie du mal dans les salles | Livres Hebdo

Par Nicolas Turcev, le 21.05.2019 à 15h52 (mis à jour le 21.05.2019 à 16h00) Cinéma

Génie de la lampe et génie du mal dans les salles

Capture d'écran du trailer d'Aladdin (2019) - Photo DR

Cette semaine au cinéma, Disney dépoussière le conte d’Aladdin, et le classique de l’horreur Shining revient dans une version restaurée.

27 ans après la sortie du classique de Disney, Aladdin revient sur grand écran dans un remake en prise de vue réelle du cinéaste Guy Ritchie. Le canadien Mena Massoud incarne le pauvre garçon qui rêve de devenir prince pour conquérir le cœur de la princesse Jasmine (Naomi Scott). Pour accomplir son destin, il fera appel aux services du Génie, joué par un Will Smith repeint en bleu. Le film, inspiré du conte Aladin ou la Lampe merveilleuse et Les mille et une nuits, reprend quelques éléments musicaux du dessin animé, mais innove dans sa narration, non linéaire.
 
Plutôt habitué aux films d’action grinçants (Snatch, Sherlock Holmes) qu’à la féérie Disney, le réalisateur Guy Ritchie s’est aventuré sur des terres inconnues, mais n’a pas renoncé à imprimer sa patte. "La question est : qu’est-ce qui est intéressant pour un réalisateur ? Selon moi, c’est de trouver sa propre interprétation dans un genre particulier. La seule chose que vous pouvez faire, c’est espérer qu’elle paraisse naturelle," explique le réalisateur au Figaro.
 
Du dessin au réel
 
Ce long-métrage s’inscrit dans la lignée d’autres remakes en prise de vue réelles des classiques de Disney, comme Le livre de la jungle (2016), Dumbo (2019) ou encore Le roi lion, dont la sortie est prévue le 17 juillet. Autant d’adaptations qui, pour coller à leur cadre réaliste, doivent faire des infidélités au matériau original. "Les films d’animation peuvent s’offrir une forme d’immédiateté, de facilité, contrairement au réel. C’est d’autant plus vrai quand on veut faire un film contemporain : le contemporain demande toujours plus de complications," analyse Guy Ritchie, qui a tenu à étoffer le rôle de l'antagoniste, Jafar, pour le rendre plus crédible.
 
Durant tout le mois de mai, Hachette jeunesse multiplie les parutions autour de l’univers d’Aladdin, dont un livre à écouter pour les plus petits, l’album illustré et le roman du film. Unique Héritage publieront quant à eux le 7 août le conte Aladin et la lampe merveilleuse dans une adaptation de Marie Aubinais. Le 21 août, Belin éducation proposera un dossier pédagogique autour des Mille et une nuits, basé sur les traductions d’Antoine Galland et J. Eddine Bencheikh.
 
Hache définition
 
Autre grand retour en salles, le classique de l’horreur Shining fait irruption dans quelques cinémas dans une version restaurée par Léon Vitali, collaborateur de longue date du réalisateur Stanley Kubrick. Présentée lundi à Cannes par Alfonso Cuarón, l’adaptation du roman de Stephen King a fait sensation grâce à la netteté et à la qualité d’image de la résolution 4K.
 
Le film sort à Paris le 22 mai, puis dans 30 salles du circuit UGC le 10 juin. Il paraîtra finalement en Blu-ray 4K Ultra HD le 1er octobre, accompagné du commentaire audio du chef opérateur Garrett Brown et de l’historien du cinéma John Baxter, ainsi que de trois documentaires sur les coulisses du tournage et la vision de Stanley Kubrick.
 
Le 7 juin, Le bord de l’eau et Latresne publieront l’essai Shining de Stanley Kubrick de Anne Goliot-Lété. La maître de conférences à Paris Diderot dissèque le film, son phénomène et l'intérêt qu'il suscite plusieurs décennies après sa sortie. De son côté, Audiolib proposera le livre audio de Shining le 3 juillet 2019, interprété par Julien Chatelet.

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre