Cinéma

"Genius" reconstitue la fabrication d'un classique de la littérature américaine

Colin Firth (Max Perkins) et Jude Law (Thomas Wolfe)

"Genius" reconstitue la fabrication d'un classique de la littérature américaine

Genius est le récit d'une confrontation passionnelle entre un éditeur de génie, Max Perkins, et un brillant primo-romancier, Thomas Wolfe pour que son premier livre soit publié. L'ange exilé est devenu un classique de la littérature américaine. 

J’achète l’article 1.50 €

Par Vincy Thomas,
Créé le 26.07.2016 à 15h24,
Mis à jour le 26.07.2016 à 16h00

Pour son premier film, le metteur en scène de théâtre Michael Grandage a choisi une adaptation. Genius est la transposition du livre d'Andrew Scott Berg, Max Perkins, un éditeur de génie, que vient de publier début juillet Michel Lafon avec l'affiche du film en guise de couverture. Or ce livre est lui même l'histoire plus ou moins romancée d'un autre livre, de son auteur (et de son éditeur).

Maxwell Perkins en 1943 - Photo LIBRARY OF CONGRESS PRINTS AND PHOTOGRAPHS DIVISION.
Thomas Wolfe (1900-1938, de la tuberculose miliaire), en pleine Grande Dépression, dépose son premier roman chez un éditeur new yorkais, Charles Scribner's Sons. Le livre fait mille pages. L'éditeur Max Perkins va donc s'employer à réduire ce "pavé" de moitié en négociant chaque mot avec le jeune auteur. Le film raconte cette confrontation "collaborative" (ou l'inverse).
Ce livre a eu trois titres: chez Stock, en 1956, il s'est appelé Aux sources du fleuve, tandis que sa réédition en 1968, Seghers a préféré Que l'ange regarde de ce côté. Avec une nouvelle traduction, de Jean Michelet, il a pris son nouveau titre: L'Ange exilé, une histoire de la vie ensevelie paraît en 1982 chez L'Âge d'homme, titre repris finalement au Livre de poche en 1989. La dernière édition date de 2008, toujours chez L'Âge d'homme.

Considéré comme un classique de la littérature américaine, ce roman vengeur et lyrique qui entreprend la résurrection d'une jeunesse étouffée par le cadre étroit de la société sudiste américaine des années 1920, a été adapté au théâtre, en comédie musicale et en téléfilm.

Désormais c'est le récit de cette aventure éditoriale qui est racontée au cinéma. Avec Jude Law dans le rôle de l'écrivain et Colin Firth dans celui de l'éditeur le plus "génial " de l'époque en publiant Ernest Hemingway (Dominic West) et Gatsby le magnifique de Francis Scott Fitzgerald (Guy Pearce).
Paradoxalement, dans ce film très classique, ce sont les actrices qui brillent : Laura Linney dans le rôle de l'épouse de l'éditeur et Nicole Kidman en mécène de l'écrivain. De quoi se replonger dans une époque où la littérature américaine prenait son essor et surtout de comprendre le travail d'un éditeur, et sa relation avec un auteur. 


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités