Guillaume Dervieux et Carolyn Reidy défendent l'ADN de leurs groupes | Livres Hebdo

Par Isabel Contreras, à Francfort, le 11.10.2017 à 23h55 (mis à jour le 12.10.2017 à 00h26) Francfort 2017

Guillaume Dervieux et Carolyn Reidy défendent l'ADN de leurs groupes

Carolyn Reidy et Guillaume Dervieux au CEO Talk - Francfort 2017 - Photo OLIVIER DION/LH

Invités cette année du "CEO Talk" organisé avec la Foire du livre de Francfort par Livres Hebdo et cinq autres magazines professionnels internationaux, le vice-président d'Albin Michel et la P-DG du groupe américain Simon & Schuster ont défendu leur identité éditoriale dans un secteur du livre en mutation constante. 

Mercredi 11 octobre, Guillaume Dervieux, vice-président d'Albin Michel, et Carolyn Reidy, P-DG du groupe américain Simon & Schuster se sont livrés au désormais traditionnel "CEO Talk" coorganisé à Francfort par Livres Hebdo et cinq autres magazines professionnels du livre internationaux en partenariat avec le Business Club de la Foire du livre de Francfort. Les invités succèdaient à Jacob Dalborg, le P-DG du groupe d'édition suédois Bonnier Books, invité en 2016. 

Comme tous les ans, pendant près d'une heure, ils ont répondu aux questions des journalistes de Publishers Weekly (Etats-Unis), Bookdao (Chine), The Bookseller (Royaume-Uni), Buchreport (Allemagne), PublishNews (Brésil) et Livres Hebdo, lors d'un débat animé par Rüdiger Wischenbart.

Liberté d’expression
Le groupe américain Simon and Schuster, branche du géant des médias CBS, occupe la 23e place du classement Livres Hebdo de l'édition mondiale 2017 tandis que le groupe familial Albin Michel se situe au 48e rang. 
 ​​​
Autour du thème "Les livres pour les lecteurs", les deux dirigeants ont mis en avant leur identité éditoriale comme principal moyen pour se démarquer et évoluer dans un monde globalisé. Carolyn Reidy a fait valoir l'attention particulière que prête Simon & Schuster aux différents marchés anglosaxons (en Australie, Royaume-Uni, Canada...), en les traitant de manière distincte pour s'adapter aux goûts locaux. De son côté, Guillaume Dervieux a défendu "l'adn d'Albin Michel", une entreprise fondée en 1900 et dirigé encore aujourd'hui par le petit-fils du fondateur, Francis Esmenard. 

Par leurs spécificités, les deux invités ont considéré que l'édition a bel et bien aujourd'hui un rôle à jouer dans un monde où le Brexit et l'élection de Donald Trump ont eu lieu. "Je remarque des divisions de plus en plus fortes, dans tous les pays. La Turquie est l'un des derniers exemples qui me vient à l'esprit. Nous, éditeurs, devons donc défendre plus que jamais la liberté d'expression en donnant la parole à tous les camps", a déclaré la P-DG de Simon and Schuster, Carolyn Reidy. 

La librairie, lieu d’interactions
Dans un marché également en constante mutation, les deux dirigeants ont été interrogés sur l'avenir des livres audio. Guillaume Dervieux a ainsi fait remarquer la récente et croissante popularité des podcast en France. "Je ne vois pas comment ce phénomène ne pourrait pas bénéficier à la commercialisation des livres audio", a-t-il ajouté.  

A propos de l'éternel débat entre le numérique et le papier, Carolyn Reidy et Guillaume Dervieux ont défendu autant les livres physiques que leur présence en librairie, "le lieu où les interactions se produisent". Mais la P-DG de Simon and Schuster a toutefois jugé qu'un nouveau format "devrait arriver avec les générations futures", un format où le plaisir de la lecture procuré par le papier se retrouvera (ou pas) sur l'écran. 

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre