Haruki Murakami se mêle du conflit territorial sino-japonais

Tribune d'Haruki Murakami dans Asahi Shimbun

Haruki Murakami se mêle du conflit territorial sino-japonais

Dans une tribune dimanche dernier dans le quotidien Asahi Shimbu, l'écrivain japonais met en garde sur une possible censure des livres chinois par le Japon.

J’achète l’article 1.50 €

Par Vincy Thomas,
avec vt,
Créé le 02.10.2012 à 00h00,
Mis à jour le 02.10.2012 à 00h00

Après le retrait de ses livres dans les librairies chinoises, l'écrivain japonais Haruki Murakami est sorti de sa traditionnelle réserve pour écrire une tribune dimanche dernier dans le quotidien Asahi Shimbun, traduite par The Japan Times.

L'auteur, qui a longtemps vécu en Europe et aux Etats-Unis, préfère prendre de la distance avec les nationalismes japonais et chinois qui s'affrontent à propos d'un différent territorial autour des îles de Sentaku (ou Diaoyu).

"Quand un enjeu territorial cesse d'être discuté en termes pratiques et entre dans le champ des 'émotions nationales', cela créée une situation dangereuse et sans issue" explique-t-il. "C'est comme de l'alcool bon marché, cela vous saoule en quelques verres et vous rend hystérique. Vous parlez fort et devenez brutal. Mais de votre déchaînement alcoolisé, rien ne vous reste le lendemain matin qu'une affreuse gueule de bois."

L'auteur d'1Q84, dont les deux premiers tomes viennent de paraître en format poche en France, en appelle à ses concitoyens : "Nous devons être prudents face aux politiciens et aux polémistes qui nous abreuvent de cet alcool bon marché et laissent la situation devenir incontrôlable." Il ajoute que "L'un des buts principaux des échanges culturels est de parvenir à une compréhension : nous sommes tous des êtres humains qui partagent des émotions et des inspirations, même si nous parlons des langues différentes ."

Murakami, réputé antinationaliste, demande à ses compatriotes de ne pas censurer à leur tour les livres chinois. "Voilà ce que je veux dire haut et fort : je vous en prie, ne contre-attaquez pas face à de telles mesures. Si nous le faisons, cela deviendra notre problème, qui se retournera contre nous à terme."

02.10 2012

Auteur cité

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités