Avant-critique Essai

L'ABC du KGB. Alors qu'il travaille sur un roman racontant les déboires de sa famille avec le KGB, Les services compétents (P.O.L, 2020), Iegor Gran tombe sur un manuel russe tiré à cent exemplaires. Il date de 1969 et il était destiné aux agents du KGB en poste à l'étranger pour le recrutement de nouveaux indics. Comment s'y prendre, comment convaincre, comment être sûr du bon choix ? Tout est minutieusement consigné. Et quand la persuasion ne marche pas, d'autres méthodes sont adoptées car « il est généralement difficile d'amener un citoyen d'un État capitaliste à accepter de coopérer avec les services de renseignement d'un pays socialiste ». On parle alors de « motivation matérielle » plutôt que de corruption, de « motivation morale et psychologique » à la place de chantage et de « moyens techniques » pour écoutes. Ce « polycopié gris de cent seize pages, au format A4, au dos carré collé, relié d'une bande sombre » est agrémenté de commentaires aussi documentés que savoureux sur ces conseils qui « ont la légèreté du char d'assaut coincé dans un couloir ». L'ensemble de ces remarques constitue en soi un vade-mecum de l'espionnage soviétique avec ses grands moments et ses fiascos. Mais surtout il nous fait comprendre la mentalité des tchékistes. Elle n'a pas changé. Du KGB au FSB, il n'y a eu qu'un ravalement de façade, mais l'intérieur est resté identique avec ce cynisme et cette propension aux coups tordus propre à tous les services secrets. « Poutine a eu ce manuel entre les mains, j'en suis certain. En 1975, le jeune Poutine a fréquenté pendant un an l'école du KGB à Leningrad, l'école n° 401, où il a fini sa formation opérationnelle qui consistait principalement à apprendre les techniques de filature. » Et il était un élève médiocre si l'on en croit Iegor Gran qui a traduit cet abrégé du KGB publié sous Brejnev. En 1969, le père de Gran, le dissident Andreï Siniavski, était alors au goulag depuis trois ans.

Ce guide est resté en usage jusqu'à la chute de l'URSS et il semble encore présent dans bien des têtes dirigeantes russes aujourd'hui. En le lisant, on a le sentiment de se glisser dans une salle de cours chez les espions soviétiques. Une école de la tromperie qui ferait presque passer Chânakya et Machiavel pour des professeurs humanistes.

Iegor Gran
L'entretien d'embauche au KGB
Bayard
Tirage: 5 000 ex.
Prix: 19 € ; 224 p.
ISBN: 9782227501249

Les dernières
actualités