Disparition

Le chanteur Jacques Higelin s’est éteint vendredi 6 avril à Paris, à l’âge de 77 ans, a annoncé sa famille à l’AFP, précisant que sa femme et ses trois enfants – le chanteur Arthur H, le réalisateur Kên Higelin et la chanteuse et comédienne Izïa Higelin – n’ont pas "souhaité communiquer sur les causes de son décès".
 
Pionnier de la chanson rock française, Jacques Higelin a débuté sa carrière artistique au théâtre puis comme comédien au début des années 1960. Sa rencontre décisive avec les musiciens Areski et Brigitte Fontaine au milieu des années 1960, marque son entrée dans le monde de la musique où il sera l’un des premiers à mêler rock et chanson française dans ses compositions.
 
Inspiré par les figures de Boris Vian, Charles Trenet, Léo Ferré mais aussi des Rolling Stones, Jacques Higelin laisse derrière lui 20 albums aux textes poétiques et incisifs, dont les deux disques d’or Champagne pour tout le monde et Caviar pour les autres... (1979) et son plus grand succès publique, l’album Tombé du ciel (1988), vendu à plus de 300000 exemplaires. 

Une vie en mots

Son dernier album, Higelin 75, est sorti en octobre 2016 à l’occasion de ses cinquante ans de carrière. Une centaine de textes inédits de ses chansons, écrits entre 1982 et 2015, ont été édités par Pauvert en 2016 sous le titre Flâner entre les intervalles. La même année paraît, au Livre de Poche, l’autobiographie du chanteur coécrite avec la journaliste Valérie Lehoux, et intitulée Je vis pas ma vie, je la rêve (Fayard, 2015). Il y évoque une enfance et une jeunesse marquée par les guerres, ses débuts dans le théâtre et son engagement musical des années hippies au mouvement rock. Le chanteur avait également publié sa correspondance de jeunesse, Lettres d’amour d’un soldat de vingt ans (Grasset, 1987), écrite alors qu’il était en Allemagne, puis en Algérie.
 
Plusieurs autres livres-portraits se sont penchés sur la personnalité passionnée et révoltée du poète, dont la plus récente Higelin, Higelin, Higelin, de Jacques-André Bertrand (Julliard, 2015), ainsi que Jacques Higelin: le cœur dans les étoiles, de Valentine Germain (éd. des Etoiles, 2011), ou encore, plus atypique, les textes biographiques d’Oliv’ illustrés par plusieurs dessinateurs – parmi lesquels Olivier Martin, Weissengel et Bast – intitulé Chansons en bande dessinées (Petit à Petit, 2007).
 
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités