Jean Bollack s'est éteint

Jean Bollack s'est éteint

Jean Bollack

Jean Bollack s'est éteint

L'helléniste est décédé le 4 décembre à l'âge de 89 ans, laissant derrière lui une vingtaine d'études et traductions d'auteurs présocratiques.

avec sp, avec afp Créé le 15.04.2015 à 20h04

Le philosophe, philologue et helléniste Jean Bollack, qui a fondé à Lille sa propre école mais a également travaillé sur la poésie contemporaine française et allemande, est mort mardi 4 décembre à l'âge de 89 ans, ont annoncé mercredi les PUF, éditeur de plusieurs de ses ouvrages.

Le journal de cet intellectuel doit être publié aux PUF en février 2013 sous le titre Au jour le jour. Il y a consigné pendant plus de quinze ans notes, observations, commentaires et critiques. Dans ce journal, le lecteur rencontre Pierre Bourdieu, Pierre Vidal-Naquet, Paul Celan et bien d'autres grandes figures du débat d'idées. Pierre Bourdieu fut longtemps un ami et un compagnon de route.

Né le 15 mars 1923 dans une famille juive alsacienne, Jean Bollack a été formé à Bâle pendant la Seconde guerre mondiale et initié par Peter von der Mühll à la philologie grecque (étude d'une langue, d'une civilisation, par l'analyse de ses textes).

En 1945, il choisit de s'installer à Paris où il se forme aux lettres classiques, à la philosophie, l'allemand, l'histoire et l'archéologie. Agrégé de grammaire, il a été professeur de littérature et de pensée grecques à l'Université de Lille de 1958 à 1992. Il crée dans cette ville sa propre école de philologie et d'herméneutique et y prodigue un enseignement dont le rayonnement est international, formant des chercheurs comme Heinz Wismann, Pierre Judet de la Combe ou André Laks.

De 1968 à 1975 il a aussi enseigné à l'Ecole normale supérieure à l'initiative de Pierre Bourdieu et de Jacques Derrida. Par ses oeuvres et son enseignement, Jean Bollack a introduit en France l'étude des philosophes présocratiques, notamment grâce à son Empédocle en quatre volumes (1965-1969) puis son Oedipe roi, de Sophocle (1990), traduit plus tard en allemand par lui-même.

«Lire, c'est ce que je sais faire »

En 1995, il en a tiré un ouvrage intitulé La naissance d'Oedipe, publié dans la collection Tel de Gallimard.

Il a mené de nombreuses autres études dont celles consacrées à Antigone, aux Bacchantes ou à Euripide. Il a notamment réalisé des traductions avec son épouse Mayotte Bollack aux éditions de Minuit : Antigone en 1999, Les Bacchantes d'Euripide en 2005, Electre en 2007. Il a également publié aux PUF La mort d'Antigone (1999), Poésie contre poésie - Celan et la littérature (2001) et L'écrit une poétique dans l'oeuvre de Paul Celan (2003).

Ses contacts avec le théâtre, en particulier avec Ariane Mnouchkine, la danse, la sociologie et la psychanalyse, son amitié avec des poètes (comme André du Bouchet, André Frénaud, Paul Celan, Pierre Oster) ont aussi modernisé l'approche philologique.

Le lecteur d'Au jour le jour découvrira, selon le communiqué de son éditeur, "dans l'ordre ou au gré des thématiques, d' « antisémitisme » à « Proche-Orient », de « Sophocle » à « Vatican », de « poésie » à « université », une somme qui mêle petits traités et prises de position, éloges et critiques, inquiétudes et espoirs, sagesse et agacement d'un éminent philosophe et philologue qui déclare avec modestie : «Lire, c'est ce que je sais faire ». "

Les dernières
actualités