Jef ressuscité | Livres Hebdo

Par Jean-Claude Perrier, le 22.05.2020 Littérature/France 4 juin Joseph Kessel

Jef ressuscité

Joseph Kessel en 1948. - Photo DOMAINE PUBLIC

L'entrée de l'œuvre de Joseph Kessel dans La Pléiade sonne comme une sortie du purgatoire, une réhabilitation.

Joseph Kessel (1898-1979) détestait son prénom, qu'il ne fit apparaître que tardivement sur la couverture de ses livres, les signant longtemps simplement J. Kessel. Pour lui-même, et ses amis, il fut toujours « Jef ». Ce rapport à soi-même n'a rien d'anecdotique. Outre le signe d'un certain malaise existentiel, qui nourrira toute une partie de son œuvre, c'était également une façon de rompre avec

Lire la suite (3 000 caractères)

S’abonner à livres Hebdo

Débloquez l’accès illimité aux articles et aux archives.

  • Classements et tableaux de bord
  • Meilleures ventes
  • Agenda événements
  • L’annuaire éditeurs & diffuseurs
  • Et plus encore...
je m’abonne

Acheter l’article [1,50€]

Il sera archivé et listé avec vos précédents achats depuis votre compte Livres Hebdo.

  • La version pdf et imprimable
  • L’accès aux documents annexes
  • L’archive disponible à vie
j’achète l’article
close

S’abonner à #La Lettre