La belle croissance de Random House

La belle croissance de Random House

La belle croissance de Random House

La filiale d'édition de Bertelsmann enregistre un chiffre d'affaires en baisse pour des profits en forte hausse.

Par Annie Favier,
avec af Créé le 15.04.2015 à 22h43

Le succès mondial du dernier roman de Dan Brown, Inferno, édité par la filiale Random House du groupe Bertelsmann, participe très efficacement aux bons résultats du premier semestre 2013, annoncés vendredi 30 août par le groupe de Gütersloh.

Chez Random House, le chiffre d'affaires passe de 947 millions d'euros (sur la même période en 2012) à 915 millions d'euros: la trilogie érotique Fifty shades of grey, de la Britannique E.L. James, avait largement contribué à booster les ventes en 2012. En revanche, le bénéfice d'exploitation se hisse au chiffre record de 177 millions d'euros pour le premier semestre, contre 113 millions d'euros pour la même période en 2012. En dehors du succès du dernier roman de Dan Brown, Inferno (plus de 4 millions d'exemplaires ont été vendus en langue anglaise, en versions papier et e-books), Random House a publié de nombreux autres best-sellers au cours du premier semestre: aux Etats-Unis, 142 ont figuré sur les listes du New York Times, pendant qu'en Grande Bretagne les titres édités par Random House ont notablement augmentés sur les listes de best-sellers du Sunday Times.

Le groupe Bertelsmann, dans sa totalité, enregistre un chiffre d'affaires de 7,43 milliards d'euros, en recul de 1,9% par rapport au premier semestre 2012 (7,5 milliards d'euros), en raison, selon les responsables, du ralentissement du marché, en particulier dans la zone euro, et de difficultés structurelles. Le bénéfice d'exploitation se hisse à 768 millions d'euros (+5,2%), un chiffre record pour le groupe.

Compte tenu de différentes acquisitions effectuées récemment, Bertelsmann prévoit une augmentation de son chiffre d'affaires en 2013. Le 1er juillet, il a officialisé la naissance du nouveau géant mondial de l'édition: Penguin Random House, détenu avec le groupe Pearson. Thomas Rabe, P-DG du groupe, déclare en substance, dans un communiqué: «Cette année, nous avons progressé dans les quatre directions stratégiques que nous avons choisies: le renforcement de nos métiers de base, accompagner les transformations numériques, la création de plates-formes de croissance et le développement de nos activités dans les pays à forte croissance.»

Les dernières
actualités